fil-educavox-color1

La rentrée scolaire ne s'effectue pas sous les meilleurs auspices pour les classes défavorisées. En effet, le rétablissement des classes de latin, des sections européennes sont de bien mauvais signes pour lutter contre les inégalités.

Le Ministre donne le sentiment de piloter à vue; ainsi, il affirme prendre en compte les données de la science mais défend le redoublement, il se dit favorable à l'égalité mais reconstitue les filières qui la contredisent dans les faits.

Par ailleurs, le message envoyé sur les rythmes scolaires est difficilement compréhensible. Sans concertation, sans évaluation, sans s'inquiéter de l'investissement du monde associatif ni du préjudice causé, le Ministre défait une réforme, pourtant porteuse d'espoir pour les plus fragiles.

Pour la première fois depuis 1957, un ministère de plein exercice ne fait plus référence à la jeunesse; que faut-il penser de ce retrait subi et injustifié?

Enfin, signalons pour finir un paradoxe; nos concitoyens sont, dans leur immense majorité, favorables à une école qui intègre et rassemble. Or, notre système éducatif est devenu au fil des ans un enjeu décisif pour permettre à chacun de trouver sa place dans la société avec, pour les perdants le sentiment de relégation, de déclassement et la montée d'un individualisme social.

Sur beaucoup de points, le Ministre est conservateur..Est-ce ainsi que nous construirons l'école du futur ?

Ecouter le podcast

Dernière modification le vendredi, 06 octobre 2017
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.