fil-educavox-color1

Magliulo Bruno

Magliulo Bruno

Inspecteur d’académie honoraire -Agrégé de sciences économiques et sociales - Docteur en sociologie de l’éducation - Formateur/conférencier -

(brunomagliulo@gmail.com)

Auteur, dans la collection L’Etudiant (diffusion par les éditions de l’Opportun : www.editionsopportun.com ) :

  • SOS Parcoursup
  • Parcoursup : les 50 questions que vous devez absolument vous poser avant de choisir votre orientation post baccalauréat
  • Quelles études (supérieures) sont vraiment faites pour vous ?
  • SOS Le nouveau lycée (avec en particulier toute une partie consacrée aux liens entre les choix d’enseignements de spécialité et d’option facultative, et le règles de passage dans le supérieur)

Profil LinkedIn

Trop de bacheliers finira-t-il par tuer le Bac ?

Les points de vue et analyses exprimés dans cet article le sont sous la seule responsabilité de l’auteur - Jusqu’au début du XVIIIe siècle, il existait en France un examen nommé « bacca  laurea », terme découlant de la réunion de deux termes latins : « baccalarius », qui désignait les « apprentis chevaliers », et « laureatus », qui était le nom donné à la « couronne de lauriers » (voir l’illustration de cet article), objet symbolique que, dans les sociétés antiques, on plaçait sur la tête des vainqueurs aux Jeux Olympiques et autres compétitions. Apparu au XIIIe siècle, ce diplôme ne peut pas être considéré comme l’ancêtre du baccalauréat d’aujourd’hui car il ne pouvait être délivré qu’à la fin d’un premier cycle d’études universitaires. Il fallut attendre le début du XVIIIe siècle pour que soit créé le baccalauréat moderne.

En savoir plus...

Les effets des choix des élèves sur les services des enseignants intervenant dans en lycée général et technologique

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) a récemment publié une très intéressante « Note d ‘information » (N° 21.37, novembre 2021), portant sur les effets des choix des élèves scolarisés en lycée général et technologique, sur les services des enseignants. Le lecteur intéressé trouvera cette Note d’information et des données chiffrées complémentaires, sur le site https://www.education.gouv.fr/etudes-et-statistiques-1145  

En savoir plus...

Quel avenir pour la voie technologique dans l’enseignement secondaire français ?

Prise en tenailles entre les voies générale et professionnelle, la voie technologique a du mal à justifier son existence en tant que voie spécifique.

En savoir plus...

Plus de contrôle continu oblige à plus encadrer la liberté d’évaluation des élèves par les enseignants

Etymologiquement, évaluer un(e) élève, c’est mesurer la valeur de ses acquis scolaire. En France, de longue date, on s’est pour cela installé dans un système qui fait de la notation basée sur un barème en vingt points  l’instrument principal de mesure de cette valeur, et ce dans le but de remplir une double mission : établir des constats ponctuels périodiques (évaluation sommative), mais aussi permettre à chaque élève de se situer par rapport aux autres et lui permettre de faire le point sur ce qui, à un moment de sa scolarité, est acquis ou doit être amélioré (évaluation formative).

En savoir plus...

Un nouveau venu parmi les personnels de lycée : le « professeur référent de groupes d’élèves »

Pourquoi une telle création ? Quelle articulation avec le rôle du professeur principal ? Quelles évolutions pour le fonctionnement du conseil de classe ? A terme, le professeur principal (et le conseil de classe) pourraient-ils être remplacés par le professeur référent de groupe d’élèves (et le conseil de groupe d’élèves) ?

En savoir plus...