fil-educavox-color1

Boudet Martine

Boudet Martine

Professeure agrégée de Lettres modernes, docteure en littérature française (académie de Toulouse).
Formation d’enseignant-e-s au Maroc et au Bénin dans le cadre de la Coopération.
Coordination de séminaires à l'EHESS-Paris (anthropologie culturelle)


Co-direction de l’ouvrage Le Système éducatif  à l’heure de la société de la connaissance  (Toulouse, PUM, 2014)  http://pum.univ-tlse2.fr/~Le-systeme-educatif-a-l-heure-de~.html
Direction de l'ouvrage Les langues-cultures moteurs de démocratie et de développement (Paris, Le Croquant, 2019) http://www.editions-croquant.org/component/mijoshop/product/550-les-langues-cultures
Animation du blog de recherche-formation, Pour la promotion du français et des Lettres http://pfl.hypotheses.org/


Adresse de messagerie boudetm@wanadoo.fr

« SOS Ecole Université » Recension de José Tovar

À propos de : Martine Boudet (dir.), SOS École Université. Pour un système éducatif démocratique, Éd. du Croquant (avec le soutien de l’Institut de recherches de la FSU), 2020.

En savoir plus...

Les langues-cultures

L’actualité le montre : les recompositions géopolitiques à la faveur de la mondialisation et de la médiatisation des échanges, mais aussi de la crise du système néolibéral, suscitent un regain des aspirations identitaires. Si, en négatif, celles-ci se traduisent par des nationalismes xénophobes voire guerriers, les formes démocratiques et progressistes, notamment sur le terrain régional, sont, elles aussi, bien réelles.

En savoir plus...

SOS École Université Pour un système éducatif démocratique

Depuis une décennie, enseignant·es, publics, citoyen·nes sont confronté·es à une avalanche de contre-réformes qui, à défaut de légitimité, sont souvent imposées par la force.

En savoir plus...

SOS École Université (parution)

Depuis une décennie, enseignant·es, publics, citoyen·nes sont confronté·es à une avalanche de contre-réformes qui, à défaut de légitimité, sont souvent imposées par la force. Il devient urgent de résister à cette « culture de la violence instituée », et à la sélection sociale qui en est une motivation et qui conduit au sacrifice des nouvelles générations.

La promotion des acquis universitaires et scolaires, et des services publics qui les garantissent, s’avère indissociable de celle de l’État de droit et des libertés professionnelles (académiques et pédagogiques).

En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.