fil-educavox-color1

 Alain-Mary Bassy, Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche honoraire analyse dans cet article publié par la revue Sticef.org - Sciences et Technologies de l´Information et de la Communication pour l´Éducation et la Formation- les raisons pour lesquelles la révolution numérique, à la fois crainte et attendue ...
 
... manifeste dans la vie de la société et de l’entreprise, n’advient-elle pas dans le système scolaire, ou, si parfois elle advient, pourquoi est-elle, le plus souvent qde manière expérimentale et non de la façon attendue.
 
Au lendemain de l’annonce du plan pour l’école numérique par Vincent Peillon, cette analyse démontre une fois encore la complexité de la mise en oeuvre.
 
 
La révolution numérique tarde à éclore dans le système scolaire français. D’où procède ce retard ? A l’extrémité de la chaîne des justifications, on met en avant la difficulté quasi insurmontable à construire un nouveau modèle économique de l’enseignement numérique.
 
Pourquoi ce nouveau modèle est-il introuvable ? D’abord, parce que les outils pour le construire et le penser sont défaillants : outillage lexical et conceptuel inapproprié, données statistiques partielles et imprécises, difficulté à raisonner en coûts globaux, cadre technologique en évolution rapide qui nuit à la stabilité et à la pérennité du modèle.
 
Au-delà de ces causes extrinsèques, le fonctionnement même d’un tel modèle est contingent. Il ne peut être pensé de façon autonome. Il est lié à d’autres modèles qui se trouvent, eux aussi, fortement ébranlés par l’irruption du numérique dans le champ éducatif et par certaines évolutions sociétales ou administratives : modèle centralisateur de la gouvernance de l’Ecole, modèle d’organisation territoriale, modèle social des fonctions de l’Ecole, modèle pédagogique des missions et du service de l’enseignant, modèle éditorial et commercial de la production et de la diffusion de ressources pédagogiques, modèle fiscal (taux d’imposition) et juridique (droit de la propriété intellectuelle) appliqué à celles-ci.
 
Ainsi n’est-ce qu’au prix d’une refondation plus globale du « paradigme scolaire » que la révolution numérique pourra advenir dans le système d’enseignement français ? une révolution profonde qui, dépassant le cadre étroit de l’usage des « outils » du numérique, marquera l’entrée de l’Ecole dans les logiques nouvelles de construction des savoirs que celui-ci implique.
 
 
 Crédit photo :JRBrousse, Les Rencontres de l’An@é
Dernière modification le lundi, 24 novembre 2014
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats avec les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.