fil-educavox-color1

Article initialement publié sur mon site EducPros
George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative vient de donner quelques informations au sujet de l’expérimentation concernant l’orientation en fin de troisième. Principe simple, on laisse en l’état la procédure d’orientation, mais dans quelques collèges (117 tout de même) à la fin de la troisième, après la proposition d’orientation du conseil de classe du troisième trimestre, il y aura un dialogue avec la famille en cas de désaccord, puis la famille décidera. Excit la commission d’appel.
Est-ce une bonne idée ?
 
J’ai déjà abordé ce thème deux posts :
 
 
Je poursuis donc la discussion.
 
Quelques réactions sur la toile
 
Lionel Jeanjeau a proposé un petit récapitulatif de ce qui a été écrit, ici et ailleurs dans un article de son blog Orientation choisie : où en est-on ? Il n’est pas inutile de lire ou relire les références qui y sont cité citées.
 
Et suite à la communication du ministère signalée ci-dessus, à part les articles de journaux signalant l’information, il y a eu quelques réactions plus argumentées.
 
Emmanuel Davidenkoff en avait fait la matière de sa chronique sur France Info du 18 novembre :Orientation au lycée : faut-il donner « le dernier mot » aux familles ? Il identifiait un risque paradoxal. En donnant la main aux parents, au lieu d’avoir une « revalorisation de l’enseignement professionnel », on risquait d’avoir en fait plus d’élèves s’orientant vers l’enseignement général. Aussi il concluait sa chronique ainsi : « Il faut donc imaginer que le but réel du travail qui sera organisé pendant l’année de troisième avec les élèves et les familles va consister à en convaincre certains d’aller vers la voie professionnelle, afin qu’elle devienne une orientation positive et non pas liée à une « autosélection« . Mais pour cela il faudra un profond changement de mentalité dans certains collèges, et notamment qu’on arrête, à résultat équivalent, de conseiller la voie générale aux enfants de cadres et d’enseignants et la voie professionnelle aux autres. »
 
 Le 19 novembre, Nathalie Anton et Emmanuel Davidenkoff ont été interviewés sur Atlantico Orientation : profs ou parents, qui est le mieux placé pour en décider ? A la question « cette expérimentation n’apparaît-elle pas comme un désaveu contre le système éducatif ? », Emmanuel Davidenkoff conclu ainsi : « Un désaveu, non. Une invitation à tisser un dialogue plus confiant avec les familles, oui. Une fois encore, l’éducation et l’orientation sont des tâches complexes dont personne ne détient les clés à lui seul. Tout confier à la seule institution scolaire n’est pas une solution. Tout déléguer aux parents serait un aveu d’impuissance, et un refus, de la part de l’institution, d’assumer ses responsabilités. »
 
Anthony Lozac’h sur le site du SE UNSA a proposé un long article « Faut-il revoir l’orientation des élèves en fin de Troisième en laissant le dernier mot aux familles ? ». L’auteur commence par rapporter et commenter l’étude de la DEPP Orientation en fin de troisième : une procédure marquée par de fortes disparités scolaires et sociales.
 
Je reprends quelques éléments de sa conclusion :
 
« Pour autant, laisser le dernier mot aux parents ne garantit pas fondamentalement une orientation choisie. Des garanties sont nécessaires : mobilisation des équipes pédagogiques tout au long du collège, et pas seulement en troisième, instauration d’un dialogue de qualité avec les familles, d’une culture de la co-éducation, autant d’éléments qui ne se décrètent pas.
 
Trois points de vigilance ont été soulignés et avancés par le SE-Unsa :
  • Au lycée, les élèves ne doivent pas être identifiés comme ceux y étant arrivés par l’orientation choisie. L’effet Pygmalion risquerait de leur nuire alors.
  • La place des Co-Psy (conseillers d’orientation psychologues), reconnue pleinement dans l’expérimentation, doit être indépendante du conseil de classe et du chef d’établissement. Leur présence doit être assurée, ce qui pose une question de moyens.
  • Une approche qualitative passe par des temps identifiés et attribués au parcours d’orientation, passe aussi par de la formation pour les équipes éducatives. Cette exigence vaut pour tous les collèges en réalité, mais les collèges retenus doivent être priorisés. »
A propos de la place des CoPsy, ou COP, sur le site du SGEN-CFDT on trouve l’exposé d’une discussionrapporté par Christian Lorent, qui a eu lieu à propos d’un amendement que le syndicat avait proposé et qui fut accepté. Heureusement. Il était question au départ de placer le COP dans la rencontre avec les parents après le conseil de classe du troisième trimestre. Le chef d’établissement devait expliquer aux parents, avec lui les propositions du conseil de classe, laissant sous-entendre que le COP avait participé à l’élaboration de cette proposition. L’amendement du SGEN-CFDT a été accepté : le COP reçoit les parents, à leur demande, après cette rencontre. Il est ainsi en position de conseil et non d’explication.
 
Une réelle remise en cause des procédures d’orientation ?
 
Mais toutes ces discussions montrent bien le poids, la pression de la procédure sur les parents jusqu’à la fin de l’année. Ils décident, oui, mais après tout ce parcours et ce dispositif de persuasion qui est maintenu tout au cours du collège. S’ils ont le droit de choisir, dans le cadre de cette expérimentation, ils doivent bien choisir !
 
Donner la main aux parents, ce n’est annuler la procédure d’orientation et tout le jeu de pouvoir qui s’y joue. Tout reste intact, tout au long du collège jusqu’aux dernières heures de la classe de troisième. Ce n’est qu’après toutes les tentatives de persuasion des parents, qu’avec la défaite institutionnelle on déposera les armes face à la résistance, et les parents décideront. Sacrée victoire pour eux, et durement obtenue !
 
Et ils seront bien seuls à assumer cette victoire contre tous. Avec l’absence d’un troisième lieu (la commission d’appel qui tranche entre les deux partis) le jeu d’opposition sera renforcé et les parents seront encore plus les responsables de la bien entendue mauvaise décision. La rencontre avec le COP avant cette décision n’a rien à voir avec une commission d’appel qui prend l’ultime décision, qui extériorise la résolution du conflit en dehors de l’établissement et de la famille.
Dans la procédure d’orientation, on parle de dialogue, comme si les deux « parties » étaient à égalité et avaient pour objectif de s’entendre, mais le vécu réel n’est pas celui-ci. Les désaccords sont violents, ce sont des désaveux. On y perd la face comme dirait F. Dubet.
 
J’ai donc beaucoup de doutes sur l’intérêt de cette expérimentation et les conditions dans lesquelles elle est faite. La fonction de sélection et de distinction des élèves reste bien attribuée au collège, aux équipes enseignantes et au chef d’établissement pour la quasi-totalité des cas. C’est à la marge et pour quelques élèves, que les parents de ceux-ci seront reconnus comme décideur de l’orientation de leur enfant.
 
Peut-on considérer qu’il y a là un réel changement dans la conception des procédures d’orientation et la fonction sélective du collège alors que depuis 2005 il doit faire acquérir par tous le socle commun ?
 
Bernard Desclaux
 
Photo Credit : //www.flickr.com/photos/90393422@N03/9259888456/" class="spip_out" rel="external" style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; color: rgb(25, 64, 182); text-decoration: none; font-weight: bold;">Sharizah via Compfight cc
Dernière modification le mardi, 02 septembre 2014
Desclaux Bernard

Conseiller d’orientation depuis 1978 (académie de Créteil puis de Versailles), directeur de CIO à partir de 90, je me suis très vite intéressé à la formation des personnels de l’Education nationale. A partir de la page de mon site ( http://bdesclaux.jimdo.com/qui-suis-je/ ) vous trouverez une bio détaillée ainsi que la liste de mes publications.
J’ai réalisé et organisé de nombreuses formations dans le cadre de la formation continue pour les COP, , les professeurs principaux, les professeurs documentalistes, les chefs d’établissement, ainsi que des formations de formateurs et des formations sur site. Dans le cadre de la formation initiale, depuis la création des IUFM j’ai organisé la formation à l’orientation pour les enseignants dans l’académie de Versailles. Mes supports de formation sont installés sur mon site.
Au début des années 2000 j’ai participé à l’organisation de deux colloques :
  • le colloque de l’AIOSP (association internationale de l’orientation scolaire et professionnelle) en septembre 2001. Edition des actes sous la forme d’un cd-rom.
  • les 75 ans de l’INETOP (Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle). Edition des actes avec Remy Guerrier n° Hors-série de l’Orientation scolaire et professionnelle, juillet 2005/vol. 34, Actes du colloque : Orientation, passé, présent, avenir, INETOP-CNAM, Paris, 18-20 décembre 2003. Publication dans ce numéro de « Commentaires aux articles extraits des revues BINOP et OSP » pp. 467-490 et les articles sélectionnés, pp. 491-673
Retraité depuis 2008, je poursuis ma collaboration de formateur à l’ESEN (Ecole supérieure de l’éducation nationale) pour la formation des directeurs de CIO, ainsi que ma réflexion sur l’organisation de l’orientation, du système éducatif et des méthodes de formation. Ce blog me permettra de partager ces réflexions à un moment où se préparent de profonds changements dans le domaine de l’orientation en France.
Après avoir vécu et travaillé en région parisienne, je me trouve auprès de ma femme installée depuis plusieurs années près d’Avignon. J’y ai repris une ancienne activité, le sumi-e. J’ai installé mes dernières peintures sur Flikcr à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/bdesclaux/ .

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.