fil-educavox-color1

Au JORF n°0162 du 17 juillet 2018 vient d’être publié l’Arrêté du 16 juillet 2018 relatif à l’organisation et aux volumes horaires de la classe de seconde des lycées d’enseignement général et technologique et des lycées d’enseignement général et technologique agricole.  Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur à compter de la rentrée de l’année scolaire 2019-2020. Donc juste avant le départ en vacances des personnels de direction vient d’être publié cet arrêté. Ceux-ci auront l’année qui vient pour préparer son application pour l’année scolaire suivante.

Plus globalement, les réformes du lycée et du bac ont été publiées au JO, présentées ainsi par le Café pédagogique : « 17 juillet 12h – C’est toute la réforme du bac et l’essentiel de celle du lycée qui sont publiés au Journal officiel du 17 juillet. Un décret et pas moins de 7 arrêtés définissent les horaires des classes du lycée à partir de la rentrée 2019 et l’organisation du bac à compter des épreuves anticipées de 2020. »  

Pour ma part, je vais me contenter de faire quelques remarques à propos du traitement de l’orientation dans l’arrêté de la classe de seconde.

L’accompagnement de quoi

Dans l’article 5 de l’arrêté sur la classe de seconde on trouve « L’accompagnement au choix de l’orientation ».

La thématique du « choix de l’orientation » est donc toujours de mise. Aucune référence au « Parcours avenir » beaucoup trop ouvert sans doute. Pas de « projet d’orientation » et encore moins d’ « éducation à l’orientation ». La question de l’orientation scolaire ça au moins c’est clair et simple !

L’accompagnement par qui

Et bien tout simplement, cet accompagnement « implique l’intervention des membres de l’équipe éducative et, le cas échéant, des personnes et organismes invités par l’établissement et qui peuvent être mandatés par le conseil régional. »

Et c’est là que commence le casse-tête notamment du chef d’établissement, casse-tête pas nouveau. Depuis 1985 avec le temps scolaire pour l’orientation et les nouveaux programmes d’enseignement intégrant une activité concernant l’orientation dans les disciplines, les deux intervenants spécifiques, le professeur principal et le « conseiller d’orientation » (pour garder un terme générique) ne sont plus les seuls à intervenir sur le champ de l’orientation. Il y a appel à la participation de tous, et notamment des enseignants. Dans cet arrêté, c’est la formule « L’intervention des membres de l’équipe éducative » qui est retenue. Mais le flou est toujours présent. Sur quel temps, avec quel(s) objectif(s), selon quelle modalité de coordination, etc… les volontaires interviendront ?

A remarquer d’ailleurs que l’on ne parle pas d’équipe enseignante ou pédagogique, mais d’équipe éducative. Notion évidente ! Mais sans existence. Une petite recherche sur le net, et on découvre dans le code de l’éducation l’article D321-16 instituant l’équipe éducative, mais seulement en primaire et maternelle… Nulle trace ailleurs.

Poursuivons examen de cette phrase, et une expression merveilleuse apparaît : « le cas échéant » ! « Cette expression exprime ainsi avant tout l’éventualité avec une connotation de hasard »[1].  Le Wiktionary indique « Si l’occasion arrive ; si l’occasion s’en présente ; s’il y a lieu »[2].  Je ne voudrais pas vous déranger, n’est-ce pas, mais si par hasard vous aviez envie, ou si l’occasion se présente, vous pourriez monter une opération d’accompagnement au choix d’orientation…

Dons, si le hasard fait bien les choses, « des personnes et organismes invités par l’établissement » peuvent intervenir dans le cadre de cet accompagnement. Ce qui ouvre, sur le papier, un éventail d’intervenant très large… mais qui sera contrôlé par « l’établissement ». Sans doute de belle perspectives de débats dans les couloirs et au Conseil d’administration à moins que ce ne soit au Conseil pédagogique.

Mais la phrase n’est pas terminée, elle se poursuit par «  et qui peuvent être mandatés par le conseil régional ». Et re nouvelle ambiguïté du à cette coordination « et ». Parle-t-on des mêmes personnes qui seraient à la fois invitées par l’établissement et mandatées par le conseil régional, ou parle-t-on de deux groupes différents, les uns invités par l’établissement, les autres mandatés par le conseil régional ? Et les mandatés doivent-ils être également invités, et inversement… ? De beaux débats d’interprétation en perspective !

L’accompagnement comment

« Conformément aux dispositions des articles D. 331-26 et R. 421-41-3 du code de l’éducation, les modalités d’organisation de l’accompagnement personnalisé et, notamment, de l’accompagnement au choix de l’orientation sont fixées par le conseil d’administration.
Dans les établissements publics locaux d’enseignement et dans les établissements publics locaux d’enseignement de formation professionnelle agricoles, le conseil d’administration se prononce après consultation, respectivement, du conseil pédagogique ou des conseils compétents. »

L’article D331-26 apparait dans la « Sous-section 1 : La procédure d’orientation des élèves dans les établissements d’enseignement publics sous tutelle du ministre chargé de l’éducation ». Apparemment il n’a pas encore été modifié suite à la création du corps unique des psychologues de l’éducation nationale puis qu’il commence ainsi : « Pendant la scolarité en collège et en lycée, les conseillers d’orientation-psychologues, les conseillers principaux d’éducation et les enseignants donnent à l’élève les moyens d’accéder à l’information sur les systèmes scolaire et universitaire, sur les professions et sur la carte des formations qui y préparent. » Est-ce suffisant pour réjouir les psychologues de l’éducation nationale ?

En tout cas, on poursuit allègrement donc dans la fiction française, celle du pouvoir décisionnaire et organisateur du conseil d’administration et du conseil pédagogique.

Mais que restera-t-il de ce texte après le vote fin juillet de la loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » ? Dernière résistance de la part de l’Education nationale face aux régions ? Ce qui pourrait expliquer pourquoi « Ces réformes, repoussées en CSE, portent la marque de la hâte avec laquelle elles sont mises en place : beaucoup de bricolage, une baisse sensible des horaires et des postes, un bac rendu plus complexe. » comme l’écrit le Café pédagogique dans l’article cité plus haut.

Bernard Desclaux

[1] https://www.lalanguefrancaise.com/orthographe/le-cas-echeant/

[2] https://fr.wiktionary.org/wiki/le_cas_%C3%A9ch%C3%A9ant

Article publié sur le site : http://blog.educpros.fr/bernard-desclaux/2018/07/18/lorientation-dans-la-future-classe-de-seconde/

Dernière modification le mercredi, 25 juillet 2018
Desclaux Bernard

Conseiller d’orientation depuis 1978 (académie de Créteil puis de Versailles), directeur de CIO à partir de 90, je me suis très vite intéressé à la formation des personnels de l’Education nationale. A partir de la page de mon site ( http://bdesclaux.jimdo.com/qui-suis-je/ ) vous trouverez une bio détaillée ainsi que la liste de mes publications.
J’ai réalisé et organisé de nombreuses formations dans le cadre de la formation continue pour les COP, , les professeurs principaux, les professeurs documentalistes, les chefs d’établissement, ainsi que des formations de formateurs et des formations sur site. Dans le cadre de la formation initiale, depuis la création des IUFM j’ai organisé la formation à l’orientation pour les enseignants dans l’académie de Versailles. Mes supports de formation sont installés sur mon site.
Au début des années 2000 j’ai participé à l’organisation de deux colloques :
  • le colloque de l’AIOSP (association internationale de l’orientation scolaire et professionnelle) en septembre 2001. Edition des actes sous la forme d’un cd-rom.
  • les 75 ans de l’INETOP (Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle). Edition des actes avec Remy Guerrier n° Hors-série de l’Orientation scolaire et professionnelle, juillet 2005/vol. 34, Actes du colloque : Orientation, passé, présent, avenir, INETOP-CNAM, Paris, 18-20 décembre 2003. Publication dans ce numéro de « Commentaires aux articles extraits des revues BINOP et OSP » pp. 467-490 et les articles sélectionnés, pp. 491-673
Retraité depuis 2008, je poursuis ma collaboration de formateur à l’ESEN (Ecole supérieure de l’éducation nationale) pour la formation des directeurs de CIO, ainsi que ma réflexion sur l’organisation de l’orientation, du système éducatif et des méthodes de formation. Ce blog me permettra de partager ces réflexions à un moment où se préparent de profonds changements dans le domaine de l’orientation en France.
Après avoir vécu et travaillé en région parisienne, je me trouve auprès de ma femme installée depuis plusieurs années près d’Avignon. J’y ai repris une ancienne activité, le sumi-e. J’ai installé mes dernières peintures sur Flikcr à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/bdesclaux/ .

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.