fil-educavox-color1

Parlons-en… avec Pierre Frackowiak - Ce jeudi, le ministre recevait, avec sa collègue chargée de l’économie numérique, des représentants de tous les secteurs d’activité concernés, de l’enseignement, de l’économie, de l’édition, de la presse, pour présenter son plan « pour faire entrer l’école dans l’ère du numérique ».
Le lieu était particulièrement bien choisi : la gaîté lyrique, un théâtre pour une mise en scène réussie, la gaîté à un moment où la souffrance des enseignants, condamnés à la continuité depuis la rentrée, ont plutôt envie de pleurer. Tout se passe en effet sur le terrain comme s’il n’y avait jamais eu d’élections et d’annonce d’une refondation. Le lyrisme, un lyrisme de bon aloi quand il s’agit de construire l’avenir à long terme.
 
Les grandes lignes étaient déjà indiquées dans le projet de loi d’orientation. Le chapitre consacré au numérique avait déjà fait l’objet de nombreux commentaires, plutôt positifs, voire enthousiastes, qu’Educavox a publiés. Les médias ont abondamment communiqué sur l’évènement. On trouvera sur le site à la fois les liens pour avoir une information exhaustive sur les annonces, et les premiers commentaires des auteurs habituels d’Educavox qui a choisi le numérique comme l’une de ses priorités.
 
Pour beaucoup d’observateurs, ce projet répond aux besoins du système éducatif et prend en compte le phénomène de l’explosion des usages des technologies numériques dont on sait que les élèves les maîtrisent très tôt sans jamais avoir eu de formation scolaire dans ce domaine. Il est séduisant. Pourtant, il n’est pas sans poser de graves problèmes de fond. Certains pourront sans doute être réglés par décret, comme pour les autres mesures envisagées dans le cadre du projet de loi d’orientation, d’autres restent suspects ou inquiétants dans la mesure où ils semblent confirmer une tendance certaine à vouloir éviter la refondation pour privilégier la voie de l’amélioration de l’existant, en évitant toutes les ruptures fondamentales qui seraient nécessaires pour inscrire profondément l’école du futur dans le 21ème siècle.
 
Trois questions restent vraiment préoccupantes :
 
1° la conception même de l’école, de l’apprentissage (comment apprendre), de la pédagogie.Tout indique et confirme que l’on se dirige vers la conservation du modèle académique classique : le maître est au centre du système avec les programmes, les organisations du temps et de l’espace. Le cours (sacro saint), la classe, le contrôle, les devoirs même à l’école, l’aide individualisée. Les programmes classiques ne changent pas. Et le fait de ne pas considérer la réforme des programmes comme un préalable ou au moins comme un facteur concomitant pour refonder est révélateur. Comment changer l’école si l’on ne change pas ses contenus ? La base de l’école traditionnelle ne change pas malgré quelques ouvertures pour la diversification, l’innovation et l’expérimentation. Il suffirait de l’améliorer, de la corriger, de la moderniser avec les technologies nouvelles. On sait bien que les évolutions marginales ne font pas avancer le système et sont souvent des alibis qui permettent d’afficher une certaine modernité sans remettre en cause le modèle dominant depuis toujours. On fuit les ruptures tout en incitant à l’innovation. Le concept ancestral « le cours, la classe, l’heure, le prof, une salle, des programmes disciplinaires juxtaposés » a encore de beaux jours devant lui. Le numérique ne venant que pour tenter de le rendre plus attrayant. Quand on saura utiliser l’informatique non pas pour mieux illustrer et pour mieux administratiser, par exemple, pour garder en mémoire et pour visualiser les démarches et procédures, méthodes des élèves durant des phases de construction des savoirs et des compétences (pas seulement pour appliquer – exercices d’application – ou pour contrôler), on aura vraiment fait un grand pas dans la refondation en évitant l’eau tiède.
 
 
2° la place de l’élève. L’ennui en classe devient une réalité de plus en plus dramatique. Les élèves font tout autre chose. Ils maîtrisent tellement les technologies qu’ils parviennent maintenant à twitter à l’aveugle dans le casier, que leurs réseaux sont plus importants que les cours. On sait que le nombre d’enfants et de jeunes qui sont ailleurs, qui ne comprennent pas le sens des savoirs scolaires, qui ne peuvent pas les mettre en relation avec le monde qui les entoure, qui se désespèrent en constatant que les savoirs qu’ils acquièrent ailleurs, partout, ne sont jamais pris en compte, que l’école les ignore car ils ne sont pas dans le cadre des disciplines scolaires classiques, que les progressions didactiques du faux simple au vrai complexe, les prérequis et les préalables les écartent systématiquement du réel naturellement complexe. Il devient désormais fréquent que les présentations magistrales soient contestées : « Non, Monsieur, j’ai vu sur Internet que ce n’est pas exactement ça », que des enfants qui maîtrisent parfaitement un langage oral complexe, très élaboré, rejettent totalement la grammaire et ses définitions, que des élèves qui s’intéressent au sens n’attachent aucune importance à la mécanique (voir un billet précédent sur les cours de français qui ne s’attache qu’à la forme en négligeant le sens). Michel Serres a raison : sa petite Poucette n’a rien à tirer de pratiques périmées. La question est grave car elle menace l’existence même de l’école. Quand on saura comment l’élève réussit à maîtriser les technologies sans avoir appris à l’école, comment et pourquoi il les utilise, on aura fait un autre grand pas pour la refondation en évitant le danger de l’eau tiède. L’élève au centre !!!
 
 
3° le scolaro-centrisme confirmé. La notion d’éducation globale, de partenariat entre co-éducateurs de toutes catégories, formelles ou informelles, passe toujours au second plan, comme un supplément d’âme possible, de jolies cerises sur un gâteau simplement restauré. Ce n’est qu’un « plus » qui ne saurait remettre en cause l’essentiel du point de vue des traditionnalistes. Les possibilités d’échanges réciproques des savoirsd’activités transgénérationnelles, la transformation des établissements en maisons des savoirs et de l’éducation tout au long de la vie, l’ouverture de l’école, l’assouplissement des programmes permettant une réelle prise en compte des savoirs réels dans le territoire, en même temps qu’une grande exigence partagée par tous les acteurs de l’éducation sur les finalités, les enjeux pour la société de la connaissance et le plaisir d’apprendre demeurent diffus an arrière plan, protégeant la pérennisation en l’état ou presque du premier plan : l’école. Le numérique serait pourtant un outil fantastique pour valoriser les savoirs et les compétences de tous les élèves et de tous les éducateurs. Quand on sera capable d’ouvrir vraiment l’école et de mobiliser tous les éducateurs dans le respect des compétences professionnelles et non-professionnelles, quand l’école pour tous sera enracinée dans son territoire et non le dernier échelon d’une pyramide immuable, quand le projet éducatif global territorialiséne sera pas qu’une juxtaposition de projets divers, on pourra parler de refondation.
 
 
Il est évident qu’un jour viendra plus vite que l’on ne peut le penser, où les modèles classiques voleront en éclats, où l’on ne fera plus cours, même court, où l’enseignant - ou plutôt les enseignants en équipe - poseront un problème, ou une question transversale, inviteront les élèves à faire des recherches et/ou à produire (non pas à appliquer) et, dans des établissements ou l’espace et le temps seront gérés complètement autrement qu’aujourd’hui, traiteront ces productions pour les structurer, mettre en évidence les invariants et les variables, fabriquer des outils de pensée plutôt que sédimenter des savoirs dont une énorme proportion est rapidement oubliée. La tendance qui se développe aux Etats Unis du home schooling, les demandes qui se multiplient de créations d’écoles privées sur projet pédagogique partagé, liées à l’ennui qui devient un drame, ne pourront être combattues avec la persistance, malgré les apparences, de modèles périmés.
 
 
Il est vrai que l’idée même de rupture est rejetée par la classe politique en général, emprisonnée par l’électoralisme à court terme, et que les corporatismes influents sont de gros obstacles au changement. Ils sont liés à l’absence de réflexion prospective dans un pays qui comprend pourtant des pédagogues et des prospectivistes parmi les meilleurs du monde.
Alors, on continuera à faire semblant de croire que l’on a inventé l’ampoule électrique en améliorant la bougie.
Dernière modification le mercredi, 31 août 2016
Frackowiak Pierre

Inspecteur honoraire de l’Education nationale. Vice-président de la Ligue de l’Enseignement 62. Co-auteur avec Philippe Meirieu de "L’éducation peut-elle être encore au cœur d’un projet de société ?". Editions de l’Aube. 2008. Réédition en format de poche, 2009. Auteur de "Pour une école du futur. Du neuf et du courage." Préface de Philippe Meirieu. La Chronique Sociale. 2009. Auteur de "La place de l’élève à l’école". La Chronique Sociale. Lyon. Auteur de tribunes, analyses, sur les sites educavox, meirieu.com. Prochainement, une BD avec les dessins de J.Risso :"L"école, en rire, en pleurer, en rêver". Préface de A. Giordan. Postface de Ph. Meirieu. Chronique Sociale. 2012.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.