fil-educavox-color1

Article initialement publié sur mon blog EducPros L’Etudiant "Histoires d’Universités" - Le 28 juin 2013, à l’université de Strasbourg se déroulait le colloque : Terrasses du Numérique : Enseigner dans un monde qui change.
Première intervention : Anne Boyer, MESR, MINES (Mission du numérique pour l’enseignement supérieur). Des ressources éducatives libres aux MOOC, Massive Open Online Courses :powerpoint en 29 diapositives.
 
Le contexte.

L’article 6 de la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, dite loi Fioraso, modifie l’article L 123-4-1 du Code de l’éducation. Article nouveau : « Le service public de l’enseignement supérieur met à disposition de ses usagers des services et des ressources pédagogiques numériques. Les logiciels libres de droit sont utilisés en priorité ». Il s’agit là d’unformidable défipour les universités, pour leurs enseignants-chercheurs, pour leurs ingénieurs et techniciens des services des usages numériques (DUN à Strasbourg).

Ce défi peut signifier plusieurs révolutions à venir dans le métier d’enseignant-chercheur. De contenus de cours élaborés individuellement vers des cours conçus en coopération (au sein d’une équipe, de l’université, de plusieurs universités, d’universités de plusieurs pays). De cours dispensés largement encore en présentiel devant les étudiants vers des cours sans public en face à face. De cours adressés à quelques dizaines d’étudiants vers des cours suivis par quelques dizaines de milliers. De cours dans lesquels la parole est laissée à peine aux étudiants vers des cours co-contruits avec les meilleurs d’entre eux.
Et peut-être une révolution qui dessinera une nouvelle division du travail entre les personnels des universités  : vers la disparition du métier d’enseignant-chercheur et vers l’apparition de nouveaux métiers devant coopérer entre eux : chercheur, informaticien, vidéaste, ingénieur pédagogique, répétiteur, tuteur, correcteur, certificateur, coach…

P1140206jpg-4e48-4cd7cEt si une seconde vie d’enseignant-chercheur s’ouvrait devant moi, que ferais-je ? En fin de première vie active, je n’ai réussi à créer que des SCOC, Small Closed Online CoursesDepuis quatre ans et demi, je blogue mais j’ai échoué à faire d’Histoires d’universités un blog coopératif ; de plus, l’outil « Blog » est déjà presque obsolète.

J’ai été fasciné ce matin par les différentes interventions et discussions dans les Terrasses numériques. Alors ce soir, je rêve d’un MOOC Connaître l’enseignement supérieur et la rechercheet être capable de réformer intelligemment et efficacement le système. Un public qui pourrait atteindre les 100.000 inscrits (soit tous les personnels de l’ESR). J’imagine même que celles et ceux qui prétendraient diriger à l’avenir le système ESR, un établissement, ou une composante d’enseignement ou de recherche devraient avoir suivi les modules de ce MOOC et en avoir acquis les certifications

Pour aller plus loin.

Intervention d’Anne Boyer sur les 7 universités numériques thématiques (UNT). Chroniques à venir sur les deux autres interventions de la matinée (Alain Bolli, Pierre Collet et Anna Scius-Bertrand).

Chronique dIsabelle Barth, directrice de l’École de Management de Strasbourg : faut-il avoir peur des grands méchants MOOCs ?

Blog Educpros de Matthieu CiselLa révolution MOOC.
Dernière modification le mardi, 18 novembre 2014
Irnérius

Blogueur "Histoires d’universités" (EducPros Groupe l’Étudiant)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.