fil-educavox-color1

Numérique éducatif : Pour un partage des pratiques pédagogiques - Après Hendaye en 2013, c’est à Mourenx, à la Cité scolaire Albert Camus, que s’est déroulée la 6ème édition de la journée du numérique organisée conjointement par l’Agence Départementale du Numérique des Pyrénées Atlantiques et Canopé 64, baptisée pour l’occasion EIDOS64.
Journée de rencontre entre enseignants du premier comme du second degré mais également avec des spécialistes reconnus au niveau national et des chercheurs c’est l’occasion pour ces acteurs essentiels du monde de l’éducation de partager les nouvelles pratiques pédagogiques que l’entrée de l’école dans l’ère du numérique suscite.

Ce type de rencontres, centrées sur les usages pédagogiques sont organisées avec l’éducation nationale avec le concours du réseau SCEREN, rebaptisé il y a quelques jours, réseau CANOPé. Elles le sont parfois par des mouvements associatifs comme c’est le cas des Boussoles du Numérique organisées par l’An@é, ou même par des entreprises du numérique éducatif comme c’est le cas des Netjournées d’iTop.
Les enseignants qui participent à ces journées en reconnaissent tout l’intérêt et le bénéfice qu’ils tirent du partage et de l’échange de pratiques pédagogiques.
Rares sont les collectivités territoriales, souvent « cantonnées » dans le champ des matériels et des infrastructures, qui se sont lancées dans ce type d’organisation.
Bien sûr là comme ailleurs c’est dans le cadre d’un multi-partenariat que la réussite est possible ; et si aujourd’hui la loi sur la refondation de l’école privilégie cette démarche, il faut reconnaître le bon sens des initiateurs qui ont compris avant les autres quel intérêt il y avait à la développer.
Dans les Pyrénées atlantiques, le Conseil général est maître d’ouvrage en partenariat avec l’Education Nationale. La mise en oeuvre est assurée conjointement par l’Agence départementale du Numérique et le Cddp64 (Canopé). Numérique64 a été créée en juin 2003 par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, pour être le « pivot de la partie « usages » de l’action d’aménagement numérique du département ». Cette agence, comme d’ailleurs nombre d’autres créations semblables dans les départements, a été « pensée pour être un centre de ressources appliquées et un centre d’appui technique au territoire. »
Chaque partenaire, le réseau CANOPé, le CG64 et son Agence, la DASEN, le rectorat, apporte son expertise et ses moyens et concourt ainsi à un vrai succès partagé

EIDOS64 posait cette année la question : « Ouvertures : apprendre autrement avec/sans/par/malgré le numérique ».
Côte à côte, la Vice Présidente du Conseil général en charge de l’Education et de la Jeunesse et le Directeur Académique des Services de l’Education nationale ont ouvert les travaux de cette journée d’échanges de pratiques innovantes.
Après les conférence et table ronde du matin, le cœur de la journée fut la cinquantaine d’ateliers où les organisateurs ont invité les 400 enseignants à participer. Un choix très éclectique de sujets exposés par des collègues pratiquants comme :
  • L’utilisation des réseaux de microblogue Twitter et Babytwit en Grande Section de Maternelle.
  • La classe inversée en Histoire Géographie et en sciences de la Vie et de la Terre
  • La réalisation d’une BD à l’aide d’un logiciel de 3D
  • Numérique, créativité et pédagogie active en cours de Philosophie
  • Plan de veille numérique en classe de BTS
  • Différencier son enseignement en Mathématiques avec l’outil Labomep
  • Réaliser un serious game avec RPG Maker
  • Le Transmedia Storytelling : une définition, des applications
Etc….
Dans la présentation d’EIDOS les organisateurs écrivaient :
« A un moment où la place du numérique dans la société n’est plus remise en cause par personne, à l’heure où le ministère de l’Education nationale est déterminé à faire entrer l’école dans l’ère du numérique, on voit soulever la question des conditions de la pertinence du numérique pour la pédagogie. Il n’est plus temps de se demander si le numérique doit avoir une place à l’école, mais, après les promesses et les prophéties, après l’émerveillement parfois naïf, après les efforts de tous pour arriver à un niveau minimal d’équipement, le moment est venu de se demander quelle doit être la place du numérique, à quelles conditions il peut être utile, quelle valeur ajoutée il peut apporter à l’enseignant, s’il n’est qu’un outil ou s’il change plus profondément le fonctionnement de l’école. »
Nul doute que les animateurs d’ateliers avaient déjà construit leur réponse.
Et nombre de participants sont repartis avec des idées à creuser et l’envie de revenir l’année prochaine.

Claude TRAN


Dernière modification le lundi, 10 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc, chef d’établissement en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis administrateurà l'An@é, actuellement administrateur Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.