fil-educavox-color1

Fabien Pont est journaliste, médiateur du journal " Sud Ouest " et membre du Conseil scientifique de l'An@é. Nous l'avons questionné sur la période actuelle, comment il la percevait,  son impact sur les médias, sur les lecteurs. Il nous explique comment la pandémie a eu un effet accélérateur et incité les médias à s’interroger d’une part sur  le traitement de l’information et d’autre part, sur leur organisation.

Apprendre de la crise

Que dire  à propos de ces quatre mois qui ont bouleversé le quotidien de chacun d’entre nous, aussi bien dans sa vie professionnelle que dans sa vie personnelle ?

Au sein d’un grand média comme Sud Ouest, comment analyser et traduire  ce qu’ont exprimé les lecteurs et de quelle manière ces derniers ont-ils perçu l’information durant toute cette période ? En somme,  que nous apprennent ces longues semaines  de confinement? Quel a été la place des médias, leur influence sur les comportements et sur la perception de la crise sanitaire ?  Est-ce que  la confiance entre  les « porteurs « d’information et les receveurs s’est accrue ou, au contraire s’est –elle détériorée et, au-delà des seuls médias, celle des experts, scientifiques, chercheurs, universitaires, enseignants ?

Beaucoup de questions  mais seulement quelques réponses.

Les constations évoquées ci-dessous ne sauraient bien sûr être le reflet de l’opinion générale. Elles sont basées sur  les contacts et les échanges entre un journal et ses lecteurs et ne constituent donc pas un échantillon représentatif de la population française et sans doute pas non plus de la Région car nous ne connaissons ni la profession ni l’âge de ces personnes. Pour autant, les écrits dont aucun n’est anonyme ne sont pas négligeables.

Une certitude cependant.  La crise sanitaire a manifestement engendré une appétence  d’information incomparable. Car le virus n’était pas une  « quelconque maladie lointaine » mais au contraire un danger mortel au seuil de nos portes. Tout le monde s’est senti concerné.

fabien pont mediateurCe besoin de savoir  a eu des effets immédiats.

Sud Ouest mais aussi les autres grands médias ont vu  leur audience numérique (dont l’accès à la partie payante via la prise d’abonnements) croître très fortement. 70 millions de visites par mois pendant les mois de mars et d’avril contre 24 habituellement  pour le site numérique du journal. De leur côté les ventes de l’édition papier  ont certes diminué mais plus en raison d’une distribution erratique de La Poste et de la fermeture de certains distributeurs de journaux que d’un renoncement à l’acte d’achat.

Cette soif de connaissance a poussé  également  les Français à regarder la télévision : 4h30 par jour en moyenne au mois de mars (étude Médiamétrie), soit 44 minutes de plus qu’en mars 2019. Un record d’audience historique pour la télévision.  Besoin de savoir  donc mais aussi besoin de communiquer et d’interroger. Les courriels et les courriers  adressés au médiateur ont été trois à quatre fois plus nombreux que d’habitude.

Mais, comme souvent lorsqu’il y a un événement imprévu et dont l’impact n’épargne personne, le ton des écrits se modifie avec le temps. On peut distinguer plusieurs périodes. Au moins trois : celle du début  du confinement, celle du deuxième mois de ce même confinement et enfin celle du déconfinement.

Dans la première – début mars à début avril- beaucoup d’écrits sur le thème de la solidarité (soignants caissières et caissiers, éboueurs mais aussi journalistes) et sur celui de  l’angoisse.

Les personnes témoignaient sur ce qu’était devenue leur vie quotidienne et  évoquaient la nécessité de changer de paradigme, suggéraient « le monde d’après ».  

La deuxième – début avril à début mai- a fait la part belle aux interrogations et  aux polémiques.

Polémiques sur l’origine du virus, sur les masques, sur l’utilisation de la chloroquine,  sur la communication gouvernementale.  Bref, un condensé de ce que les gens pouvaient voir et entendre tous les jours  et à longueur d’antenne sur les chaînes d’info en continu.  Et les médias n’en sortent pas indemnes. Même ceux  dont le travail a été sérieux et informatif. En relayant les paroles des autorités médicales ou scientifiques parfois contredites dans les jours suivants par les faits, c'est-à-dire de nouvelles découvertes sur le virus et ses capacités,  ils se sont retrouvés à leur  tour pris dans la tempête de la suspicion et ont  été accusés de confondre communication et information.  Suspicion à laquelle les réseaux sociaux ont eu un effet de loupe ravageur. 

Enfin, pour les lecteurs de Sud Ouest, la troisième période, celle que nous traversons est celle du « douloureux » retour à la réalité économique.

L’angoisse est toujours présente mais elle a pris possession d’un deuxième de terrain, celui de l’économie.   A La peur d’une deuxième vague, d’un virus  qui s’installerait durablement dans notre paysage, s’ajoute celle du chômage,  de l’endettement, d’un avenir sombre etc…

Transformation des médias

Cela étant, la pandémie a eu un effet accélérateur et incité les médias à s’interroger d’une part sur  le traitement de l’information et d’autre part, sur leur organisation.

Seul relais d’information puisque privée de réunions la vie publique était à l’arrêt, la presse, en continuant de diffuser  et de paraître, a maintenu un lien social.  Si elle a bien sûr publié quotidiennement les chiffres de la pandémie, repris les déclarations et les recommandations des autorités sanitaires, elle a développé les informations pratiques (la publication d’attestations de sortie notamment, commerces et établissement publics ouverts etc…). Afin de mieux expliquer la complexité de la situation, elle a multiplié les sources d’information (professeurs de médecines, épidémiologistes, virologues, chercheurs etc…),  développé les rendez-vous avec ses lecteurs en créant des rubriques  comme « Les questions que vous vous posez » et bien sûr les articles démêlant le vrai du faux.

Mais elle a aussi et surtout  considérablement accéléré sa mutation, l’obligeant à se remettre en cause pour survivre. Sans information locale, sans publicité locale (45% des ressources environ) souffrant d’un réseau de distribution affaibli,  les journaux régionaux ont du adapter leur outil de production et renforcé la primauté du numérique sur le papier,  là où « l’information de s’arrête jamais ». Dans beaucoup de journaux et ce fut le cas à Sud Ouest, les Directions ont eu recours au chômage partiel. Les rédactions ont du s’adapter, faire des choix, simplifier les maquettes et faire sauter les barrières des rubriques ou des spécialités. Ainsi, à Sud Ouest, les journalistes, reporters et secrétaires d’édition, ont principalement  travaillé pour le site numérique.

En ces temps de disette d’information locale, les Rédactions ont dû imaginer un nouveau déroulé, de nouvelles pages, des nouveaux rendez-vous quotidiens afin d’éviter  un journal dont le contenu aurait été totalement phagocyté par l’épidémie.

Enfin, et ce n’est pas un aspect négligeable, l’épidémie a montré que le télé travail avait toute sa place dans l’organisation de travail des journaux. Pour les entreprises en recherche d’économies, cette organisation qui permet de diminuer l’espace professionnel (moins de bureaux) pourrait être une option intéressante.

Fracture numérique, attention danger !

Pour autant, cette organisation n’a pu être réalisable que grâce à la mise en place d’outils technologiques et « d’équipes supports » capables de répondre en temps réel aux divers problèmes (réseaux,  connexions défaillantes,  visioconférences, partage de données etc…) posés par cette nouvelle façon de travailler.

Ces méthodes sont-elles applicables partout ?  Si l’on peut travailler depuis chez soi où dans un autre lieu que celui de son bureau professionnel, les mois passés révèlent  aussi que l’efficacité de ces visioconférences est inversement proportionnelle au nombre de participants. Et que dire de l’attention de ces mêmes participants ?

Fabien Pont

Journaliste, médiateur journal Sud-Ouest

 

Dernière modification le mercredi, 10 juin 2020
Desvergne Marcel

Citoyen numérique mobile, vice-président de l’An@é, responsable associatif accompagnant le développement numérique. Directeur du CREPAC d'Aquitaine,  Délégué général du Réseau international des universités d'été de la communication de 1980 à 2004, Délégué général du CI’NUM -Entretiens des civilisations numériques de 2005 à 2007, Président d’Aquitaine Europe Communication jusqu’en 2012. Président ALIMSO jusqu’en 2017, Secrétaire général de l’Institut du Goût de la Nouvelle-Aquitaine.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.