fil-educavox-color1

Affirme Hervé BORREDON, Président de l'AFINEF lors du salon Educatec-Educatice.

Parmi les 34 plans de la Nouvelle France industrielle annoncée le 12 septembre 2013, à l'Elysée, lors de la présentation des priorités de la politique industrielle de la France par le président de la République, figure le plan e-Education. Les feuilles de route de ce plan piloté par Jean-Yves Hepp Président et fondateur de la société Unowhy et Déborah Elalouf, Présidente de Tralalère ont été validés le 2 juillet 2014.

Elles comportent en particulier le « soutien à une politique massive d'équipement des élèves et des enseignants du premier et du second degré et le développement du marché des ressources du numérique éducatif » avec le « lancement des premiers appels d'offre lauréats dès la fin 2014 ».

Le Président de la République annonçait le 14 juillet que ce plan e-Education serait « appliqué dans toutes ses dimensions à la rentrée 2016 ».

Ce grand plan numérique pour l'école prenait plus de consistance avec l'annonce le 6 novembre qu'il consisterait à équiper tous les élèves de cinquième de tablettes.

Le financement assuré pour l'essentiel, par les collectivités territoriales, serait « amorcé » par l'Etat à hauteur de quelques 350 millions d'euros. Une autre enveloppe équivalente serait destinée à soutenir la filière du numérique éducatif et particulièrement les éditeurs de ressources numériques.

L'Etat mettra toutefois, assurait le Président le 2 septembre lors de l'inauguration du Collège Louise Michel à Clichy sous Bois, « tous ses moyens pour former les enseignants, pour assurer partout l'arrivée du très haut débit".
 
Les attentes des entreprises sont fortes depuis juillet 2014, et impatientes de connaître le détail de ce plan.
Faudra-t-il attendre les résultats de la concertation que doit lancer la Ministre de l'Education Nationale en Janvier 2015 ?
Les Conseils généraux sont-ils vraiment prêts à s'engager dans ces investissements alors que la plupart ont déjà fait le choix de plans parfois différents ?
Quelle est la situation aujourd'hui des entreprises de cette filière ?

Hervé BORREDON, Président de l'Association Française des Industriels du Numérique de l'Education et de la Formation le dit haut et fort lors du salon Educatec-Educatice : « il y a urgence ».
 
Claude TRAN
 
Dernière modification le vendredi, 28 novembre 2014
Tran Claude

Agenais de naissance Claude TRAN a été professeur de Sciences Physiques en Lycée, chargé de cours en Ecole d’Ingénieur, Inspecteur pédagogique au Maroc. A 34 ans il accède aux fonctions de chef d’établissement puis s’expatrie à nouveau, cette fois en Algérie comme proviseur du lycée français d’Oran ; en Aquitaine il dirigera les lycées Maine de Biran de Bergerac, Charles Despiau de Mont de Marsan et Victor Louis de Talence. Il a été tour à tour auteur de manuels scolaires, cofondateur de l’Université Sénonaise pour Tous, président de Greta, membre du conseil d’administration de l’AROEVEN, responsable syndical au SNPDEN, formateur IUFM et MAFPEN, expert lycée numérique au Conseil Régional d’Aquitaine, puis Vice Président de l’An@é, actuellement administrateur de l'An@é et de l'association Inversons la classe, journaliste à ToutEduc, chroniqueur à Ludomag.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.