fil-educavox-color1

Au début de la 14ème édition d'EIDOS64, en visio, animée par Thomas PERRON, le dynamiteur du dialogue, Isabelle LAHORE, Vice-présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, déléguée à l'éducation, aux collèges et à la vie des collégiens et François-Xavier PESTEL, Directeur Académique des services de l'éducation nationale ont indiqué l'implication du département et de l'éducation avec les associations des parents, l'importance de la fibre 64 et la participation à l'initiative numérique, ainsi que l'appel à projet auprès de 115 collectivités et la formation des directeurs d'école  prenant en compte l'évolution des usages de notre univers numérique.

Thomas PERRON a ensuite ouvert les dialogues via un site permettant aux nombreuses personnes en visio de poser questions et points de vue.

10h-11h : «Tour d’horizon des impacts environnementaux et humains du numérique : information et formation !»

Interviennent Laurent LEFEVRE, chercheur à l'Inria au sein du laboratoire LIP (Laboratoire de l'Informatique du Parallélisme) à l’école Normale supérieure de Lyon et  Emmanuelle FRENOUX, enseignante-chercheuse au LISN (Laboratoire Interdisciplinaire des Sciences du Numérique) et à l’École Paris-Saclay.

"Si vous pensez que le cloud est immatériel et que les ordinateurs ne consomment que de l’électricité, cette présentation est faite pour vous. Nous y parlerons de l’impact environnemental du numérique, de la production du matériel jusqu’à sa fin de vie, en passant par les usages (scoop : on ne parlera pas que de CO2)… et nous aborderons aussi la question de l’impact du numérique sur l’être humain et de la façon dont on peut aborder l’enseignement de l’informatique autrement, en incluant le versant environnemental, mais aussi sans ordinateurs".

Laurent LEFEVRE apporte les éléments suivants pour cette réflexion sur la problématique en cours.

1 ll Capture décran 2022 01 21 184014

Le numérique : c'est fantastique (mais pas que..)

Les problèmes sont la consommation énergétique, les impacts environnementaux, la fracture numérique, le facteur d'accélération et le facteur d'obsolescence.

Notre "empreinte numérique" explose.

Les services numériques sont partout. L'empilement numérique est forcé par les usages/hébergeurs avec comme prédictions : les datacentres. Cet empilement des usages dérape : les fermes numériques, de l'IA partout, 100 processeurs par voiture autonomes, des milliards d'objets connectés avec les services Edge/Cloud.

En effet pour assurer cette empreinte, un cycle de vie mondialisé multi-impactant s'explique par l'extraction des ressources, la difficile question des réserves (Pour les métaux porteurs, les estimations correspondent à la durée de vie avant épuisement des réserves actuelles pour la consommation actuelle ou avec accroissement fixé).

Ainsi il faut intégrer la Fabrication des métaux, silice, plastiques, le transport impliquant 4 tours du monde pour fabriquer un smartphone, les usages de la consommation électrique et comprendre les usages et les mesurer de bout en bout et estimer leur complexité. Il faut aussi intégrer les déchets d’Équipements Électriques et Électroniques compte-tenu de la composition et du poids des éléments présents dans un smartphone, et de leur provenance et efficacité. Et ainsi mesurer et estimer permets de comprendre l'usage du numérique, compte-tenu des impacts environnementaux.

Quelques pistes d'améliorations en appliquant les "7R" : Refuser, Réduire, Ralentir, Rationaliser, Re-utiliser, Réparer, Recycler.

1 7RCapture décran 2022 01 21 184536

Posséder moins, posséder mieux...

(Re)concevoir : maitriser le développement des services numériques et enlever le superflu et l'inutile.

Maitriser les leviers d'usages et anticiper et prendre en compte les usages et les effets rebonds à la source de l'innovation, en tenant compte des Impacts du numérique sur l'Humain, comme l'indique Emmanuelle FRENOUX.

(Captation d'attention, captologie, économie de l'attention, addiction, difficultés d'apprentissage, enseigner autrement ) tout en tenant compte des mécanismes attentionnels passant par 3 systèmes cérébraux (Notation du lien objet-sensation - distraction - repérage d'objets connus ).

1 e f Capture décran 2022 01 21 183915

Emmanuelle FRENOUX : "Depuis quand s'intéresse-t-on à l'attention "?

Dès le 5ème siècle pour les moines d'Europe. Et l'économie de l'attention c'est une branche des sciences économiques et de gestion car une abondance d'information crée une rareté de l'attention.

Les métriques de l'attention, selon le sociologue Dominique Cardon, en analysant les algorithmes du web, on peut les classer de 4 manières : la popularité, l'autorité, la réputation, la prédiction. Et ces mesures sont connues via les traces laissées par l'attention de l'internaute : vues, liens,likes, traces. Et comment attirer l'attention ? Par l'auto-play, les images, les animations, les couleurs encadrés, les gros titres, les sujets d'intérêt.

Elle indique comment les réseaux sociaux et autres plateformes utilisent nos biais cognitifs... et manipulent notre cerveau.

Cette captation d'attention est un business. Certains universitaires ont rapidement compris l’intérêt financier de notre système attentionnel. Il s'agit de mettre la captation d'attention au service de l'entreprise pour attirer des consommateurs, pour contrôler l'attention des employés. Et plus récemment, apparition du nudging ( orientation du comportement des individus sans les contraindre).

Et comment protéger ses données personnelles ?

Utiliser les navigateurs en mode privé, refuser les cookies, appliquer la protection de la vie privée : https://disconnect.me/ et utiliser du matériel dégafamisé.

Les solutions pour la captation d'attention : désactiver l'auto-play, désactiver les notifications, désactiver les données mobiles, éteindre les applications que l'on n'utilise pas, avoir conscience des tentatives et des tentations.

Enseigner autour de l'économie de l'attention implique d'agir avec les ressources du CLEMI.

Car comment fait-on pour créer cette addiction ? - Nous utilisons les indices visuels autour de nous pour savoir quand nous arrêter (nourriture, etc,...) et l'architecture des plateformes crée un phénomène d'immersion.

Les "Digital natives" permettent pas de modifications cérébrales induites par le numérique pour l'instant.

L'enseignement et le numérique.

Les difficultés d'apprentissage liées au numériques ?

Manque de maîtrise des outils par les élèves ( Dispersion, baisse de concentration, perte de l'objectif d'apprentissage)

Surcharge cognitive : (Objet d'apprentissage au second plan)

La dimension ludique est un double tranchant (pas toujours de perception du schéma pédagogique)

Dans le 1er degré, le virtuel peut prendre le pas sur la manipulation concrète et un frein à l'apprentissage plus particulièrement pour la lecture et l'écriture.

Certains enseignants signalent que les élèves ne savent plus écrire avec un stylo...mais ne savent pas non plus un clavier correctement. La prise de note est compliquée, qu'elle soit manuelle ou tapuscrite. La lecture sur un écran, est considérée comme une tâche spécifique, complexe et fatigante. Pour bien lire sur support numérique, les élèves doivent savoir identifier clairement le but de la lecture, localiser les informations pertinentes, lire, comprendre, évaluer la pertinence et la fiabilité des contenus trouvés, synthétiser l'information, communiquer et mettre en forme.

Apprendre à écrire avec le numérique : lien entre la sensation physique et la discrimination visuelle des lettres - Expérimentation en maternelle : méthode haptique via l'application sur tablette. L'écriture tapuscrite serait plus aisée que l'écriture manuscrite du point de vue cognitif, mais également : moins bonne mémoire des informations écrites au clavier - les souvenirs persistent mieux lorsque l'écriture est manuscrite - au clavier, moins de conceptualisation qu'à la main.

Le numérique a des atouts

1 atoutsCapture décran 2022 01 21 184633

Documents collaboratifs - via le web, les élèves sont plus en position de rédiger (blogs, réseaux sociaux) avec l'amélioration de la maitrise de la langue écrite, aide à la communication, motivation pour la rédaction - Acquisition de compétences transverses - Outil de remédiation, exerciseurs - aide à l'apprentissage des langues étrangères.

Suggestions pour utiliser le numérique comme outil d'apprentissage.

Vérifier la plus-value du numérique - Tenir compte de la complexité de l'outil et du temps de prise en main pour pouvoir réaliser la tâche demandée - Enseigner d'abord l'usage de l'outil - Banaliser le scénario pédagogique - Former à faire une recherche documentaire et fiable sur internet.

Que voulons-nous transmettre ? - Programmer versus concevoir un algorithme - Utiliser les outils logiciels de façon efficace et appropriée - Savoir ( Évaluer la justesse et l'efficacité d'un programme, Évaluer l'adéquation d'un logiciel aux besoins, Mesurer la consommation énergétique d'une page web ou d'une application - Connaitre les logiciels libres et les contraintes liées aux GAFAM - Avoir une idée des bonnes pratiques logicielles et économiques - Connaitre l'impact environnement du matériel et développer l'esprit critique en informatique aussi.

Et en fin d'intervention, quelques questions ont été posées : Comment peut-on faire comprendre l'impact du numérique ? Comment être un bon pédagogue ? Le numérique n'est-il pas gratuit ? Comment faire au quotidien ?

Les deux intervenants insistent sur la prise de conscience des enjeux du numérique éducatif !

https://eidos64.fr/live/

Dernière modification le jeudi, 01 septembre 2022
Desvergne Marcel

Citoyen numérique mobile, vice-président de l’An@é, responsable associatif accompagnant le développement numérique. Directeur du CREPAC d'Aquitaine,  Délégué général du Réseau international des universités d'été de la communication de 1980 à 2004, Délégué général du CI’NUM -Entretiens des civilisations numériques de 2005 à 2007, Président d’Aquitaine Europe Communication jusqu’en 2012. Président ALIMSO jusqu’en 2017, Secrétaire général de l’Institut du Goût de la Nouvelle-Aquitaine.