fil-educavox-color1

Dans le cadre de la 17e édition des Vendanges de Malagar, au centre François Mauriac à Saint Maixant en Gironde dont le thème 2015 était « Qu’allons-nous transmettre aux générations futures ? » le sociologue François Dubet, spécialiste de l’éducation qui vient de sortir son dernier ouvrage : « 10 propositions pour changer d’école » avec  Marie Duru-Bellat au Seuil, a livré son analyse devant plusieurs centaines de personnes captivées par son intervention.

dubet2L’interrogation globale est bien : l’Ecole transmet-elle les valeurs de la République ? Dans le climat de panique du monde, la transmission se fait toujours...par les parents, alors que cette question essentielle est aussi une réalité qui concerne les collectivités et les politiques.

Dans notre histoire commune, trois moments se sont succédés :

-   Dans la société post-figurative c’était la reproduction à l’identique.

-  Sous la 3ème et 4ème république il y eu partage des rôles entre la tradition et la modernité.

-   Aujourd’hui  comment pouvons-nous préfigurer l’avenir et préparer à un monde que nous ne connaissons pas ?

Dans notre monde des industries culturelles (écrans, téléphones intelligents, réseaux sociaux)  le traditionalisme est présenté par des « modernes ».

La complexité de cette situation pose une série d’interrogations.

La première est celle du choix des savoirs à transmettre. Qu’est ce qui est réellement retenu ? tout ce qui est enseigné n’est pas forcement gardé en mémoire.

Ensuite qu’avons-nous de commun à transmettre ? Que transmettre aujourd’hui dans le cadre d’un « socle commun » ? A l’évidence cette question concerne tous les acteurs de l’éducation des politiques, aux parents, aux enseignants, aux relais d’opinions. Se pose ainsi la transmission des valeurs en prenant en compte l’histoire de « l’école qui doit fonder la nation ».

Traiter de l’éducation aujourd’hui c’est définir  le rôle de l’école républicaine en reformulant les valeurs de notre société : « Les valeurs de laïcité sont les valeurs de la nation ». Dans le climat particulier qui est le nôtre, comment transmettre les valeurs communes par des « leçons de valeurs communes » ?

François Dubet insiste ensuite sur la nécessité d’organiser l’école d’aujourd’hui comme des « communautés civiques » prenant en compte les distances entre les leçons et la réalité. Fabriquer des établissements scolaires devrait aussi jouer sur la cooptation d’enseignants. Se serait une manière moderne d’éduquer « ensemble » sans se reposer sur la nostalgie du passé mais, au contraire de résoudre les manières de transmettre dans le monde ouvert d’aujourd’hui. Le numérique seul n’y suffira pas, les acteurs doivent s’entendre.

Tout cela donne envie de lire les 10 propositions pour changer d’école !

Ecouter son intervention :
 

 

 

Dernière modification le lundi, 13 août 2018
Desvergne Marcel

Citoyen numérique mobile, vice-président de l’An@é, responsable associatif accompagnant le développement numérique. Directeur du CREPAC d'Aquitaine,  Délégué général du Réseau international des universités d'été de la communication de 1980 à 2004, Délégué général du CI’NUM -Entretiens des civilisations numériques de 2005 à 2007, Président d’Aquitaine Europe Communication jusqu’en 2012. Président ALIMSO jusqu’en 2017, Secrétaire général de l’Institut du Goût de la Nouvelle-Aquitaine.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.