fil-educavox-color1

Une des choses que permet le numérique, à travers la circulation rapide des informations, c’est d’utiliser les productions éparses des élèves en les agrégeant rapidement et efficacement. J’ai utilisé cette possibilité pour faire créer les documents de mon cours par mes 5èmes. Voici comment cela s’est déroulé.
Heure 1 : répartition des tâches.
Une des parties du programme de 5ème en éducation civique s’intitule "les risques majeurs" et prévoit de les sensibiliser aux risques présents sur leur commune. J’ai donc profité de ce cours pour effectuer une sortie. J’ai expliqué aux élèves que compte tenu de la chaleur et de la proximité de la coupe du monde, je n’avais pas très envie de créer le cours et que ce serait donc à eux de devenir professeurs pour mes deux autres 5èmes. Après une rapide introduction (carte IGN, vidéo INA des inondations dans notre village, connaissances des élèves et rappel du cours de géographie) nous avons divisé la classe en 8 groupes de 3 ou 4 élèves, chaque groupe ayant une fonction précise que j’ai déterminé.
  • 2 groupes étaient affectés au travail de recherche préalable sur internet. (Groupes A et B)
  • 2 groupes étaient chargés de réfléchir aux photos à prendre lors de la sortie, à la manière de créer les futurs documents des autres classes. (C et D)
  • 4 groupes devaient préparer les entretiens que nous allions faire durant la sortie (le programme insiste sur les acteurs qui interviennent dans la gestion des risques) : association, pompiers, principal du collège et un élu municipal. (E, F, G et H)
 
J’ai laissé les élèves en totale autonomie concernant la création de questions pour les interviews, leur demandant uniquement une quantité de questions déterminée (10).
 
 
Heures 2 et 3 : la sortie
Les 2 groupes qui ont réalisé des recherches sur internet (prim.net et le site de la mairie de Pont, onglet sécurité) font part de leurs découvertes aux autres élèves avant la sortie : quels sont les risques majeurs qui menacent notre commune par exemple. Nous partons ensuite à l’extérieur du collège. Chaque groupe a son rôle : filmer, photographier, prendre des notes etc.
 
 
Heure 4 : la classe puzzle
Classe puzzle modelisation 04 1 -f4644-971a7
Si la phase de questionnement était déjà très intéressante, c’est à partir de ce moment qu’on entre dans un cours moins habituel pour les élèves et donc particulièrement stimulant pour eux et le professeur.
De retour en classe les élèves se placent en îlots avec leur groupe (3 élèves) mais peuvent librement se déplacer dans la classe.
  • 2 élèves de chaque groupe sont affectés à une tâche précise : création de document à partir des photos et des notes prises lors de la sortie (C, D) ou montage vidéo (E, F, G, H).

  • Les groupes A et B sont chargés de rédiger les questions pour les autres classes. Ces deux groupes peuvent collaborer entre eux.

  • Le troisième élève des groupes C, D, E, F, G, H doit se rendre disponible pour les élèves des groupes A et B qui peuvent venir l’interroger sur les sujets traités par l’ensemble du groupe et ainsi vérifier que la réponse aux questions va bien être fournie par les documents.

 
Heure 5 : devenez profs !
La classe visionne le montage final de la vidéo qui servira de document aux autres classes. Grâce aux tablettes chaque élève pourra la visionner à sa guise. 
Eleves auteurs 02-4b7b9-659d8
Il s’agit maintenant d’écrire la leçon. Je propose aux élèves le plan du cours et le déroulement de la séquence (articulation des phases de trace écrite, questionnements écrits ou oraux etc). La classe est divisée en 3. A chaque groupe, j’assigne l’écriture d’une partie de la leçon (I, II ou III). Pour cela, je leur demande de répondre le plus simplement possible aux questions posées durant l’heure 4 puis de mettre en forme le texte créé (mots de liaisons etc). La leçon est donc créée de toutes pièces par les élèves : trace écrite, documents (vidéo de la sortie), questionnement. A tel point que j’ai laissé les fautes d’orthographe dans la vidéo (mais pas dans la leçon) afin de montrer aux élèves qu’ils écrivent pour que quelqu’un les lise et non uniquement pour eux-mêmes. Les classes qui utilisent ensuite cette leçon ne sont pas passives pour autant : elles ont pour mission d’élaborer une grille d’évaluation et d’évaluer le travail effectué.
 
 
 
 
Quelques idées pour conclure :
 
Réussites :
 
Sanstitre8jpde74-1d3fc
  • Les élèves ont beaucoup aimé devenir professeurs, leur implication durant cette séquence était proche du maximum. Il ont parlé de ce cours aux autres classes, attendu leur réaction.
  • Le travail de groupe a très bien fonctionné : entraide et collaboration ont eu les effets positifs attendus (foisonnement et pertinence des questionnements).
  • Les nombreuses reformulations que l’exercice demande le rend très efficace quant à l’assimilation des notions et l’utilisation du vocabulaire : présentation des sites internet, questions aux différents acteurs de la sécurité, classe puzzle, questions pour les autres classes...
  • Les tablettes jouent un rôle clé dans cette séquence : film, photo bien sûr mais surtout transmission rapide des documents, mobilité dans la salle de classe.
Limites :
 
  • Le montage vidéo est trop complexe à réaliser par les élèves : sélection des passages vidéos à la seconde près, soucis techniques, séance trop chronophage. J’ai donc laissé l’heure 4 se terminer et c’est ensuite moi qui ai réalisé la partie finale du montage (attention, là aussi, c’est très chronophage, comme l’ensemble des activités liées au fait de filmer puis de redécouper des séances).
  • La vidéo créée est trop longue, 20 minutes, ce qui occasionne des difficultés en classe malgré le visionnage individuel (ennui, concentration...).
Dernière modification le mercredi, 24 septembre 2014
Bertos Nicolas

Prof d’Histoire-Géo en collège. Passionné de numérique et de pédagogie.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.