fil-educavox-color1

Cet article a été publiée le 22 février 2013 sur l’Espace à Zecool - À qui de droit ? À l’enfant, au jeune, bien sûr. Mais au-delà d’une affirmation relativement facile à dire, ce sont des considérations de grande envergure dont il est question dans ce modeste billet. 

Avant d’élaborer davantage, je voudrais souligner qu’à la base, les gens œuvrant en éducation le font de tout cœur POUR L’AMOUR DES ENFANTS/JEUNES ! Là n’est pas la problématique. Loin de là. Non, au fond, c’est surtout sur la façon de « faire l’école » en cette 2e décennie du 21e siècle et notre défi à dégager une vision et des finalités de formation actualisées au monde d’aujourd’hui (et j’insiste : aujourd’hui, pas seulement ‘de demain’…) qui m’interpellent à écrire ces quelques lignes.

Quelques liens interceptés via mon réseau d’apprentissage professionnel m’ont incité à développer davantage sur ce que j’entends par Éducation 3,0, que j’ai déjà relaté brièvement ici.

D’abord, Yves Morin nous rappelle qu’il est plus que temps de faire le deuil de son pouvoir magistral en tant qu’enseignant et qu’il est impératif de :

« Changer de rôle pour devenir organisateur, personne-ressource, maître de soutien, concepteur de moyens et de séquences didactiques gérés en partie sans l’enseignant, donneur de feed-back, négociateur de contrats, inspirateur d’envies et de projets, médiateur entre les élèves et d’autres sources d’information ou d’encadrement, plutôt que magister seul détenteur du savoir et du pouvoir dans la classe. »

Cela me rappelle cette belle désignation de Cyrille Simard : soyons « inventeurs de lendemains »

Et puis, l’inspirant Alan November invite les enseignants, au moyen des technologies numériques,à redonner le contrôle aux élèves :

« Schools are drastically underestimating children’s capabilities to invent and own their work and by extension the contributions they can make to the world. (…) Technology has the power to bring the one-room schoolhouse back. Students can help one another, connect and collaborate globally. They can contribute meaningful work that can matter to real-world situations. “The real revolution is information and global communication, not technology.” (…) Getting students to care on that level and to be responsible for one another is exactly the kind of shared exploration in community that education should encourage. »

Évidemment, cette visée fondamentalement simple est sous-tendue d’une grande complexité, comme c’est souvent le cas. Jeff Tavernier décrit 8 concepts pour une pédagogie ouverte et hybride ; les 8 C dira-t-on :

8-concepts-jeff-tavernier

Pour ma part, je considère que la table est mise pour une réflexion qui poussera encore plus loin cette volonté (plus ou moins mise en action) de refaire l’école, de la transformer pour le monde d’aujourd’hui (oui, oui, et de demain aussi…). Ce Prezi décrit comment 5 caractéristiques de l’éducation sont appelées à évoluer, non pas vers une version 2,0 (car certains y sont déjà) mais plutôt vers une version 3,0, où une réelle transformation et de véritables changements de paradigmes auraient lieu. Une sorte de continuum où les caractéristiques sont :

  1. Le rôle primordial de l’enseignant, passant de source unique de connaissances à celui d’orchestrateur de créations collaboratives de connaissances ;
  2. Les activités d’apprentissage, passant des devoirs traditionnels (beurkk !) aux activités ouvertes et flexibles, axées sur la créativité et le réseautage social ;
  3. Le comportement de l’élève, de passif (« powered down » comme le dit Marc Prensky) à autonome et créatif, conscient de son identité numérique et du « savoir-publier » ;
  4. Le mode d’évaluation, trop longtemps axé sur une approche sommative mais appelée à devenir ‘appropriative’, c’est-à-dire l’évaluation en tant qu’apprentissage ; et
  5. L’état de l’institution d’enseignement, passant de châteaux-forts d’édifices physiques bien emmurés à des milieux d’apprentissage en affiliations avec d’autres et avec leur communauté. Là où le design est transformé pour favoriser les activités d’apprentissage créatives, signifiantes, rigoureuses (intellectuellement) et ouvertes.
 

Les TIC y seront omniprésentes, invisibles mais nécessaires. Elles seront au centre de l’activité d’apprentissage. Mais dès qu’on écrit cela, certains perçoivent une affirmation comme quoi les TIC sont une finalité. Il n’est est rien. Elles sont là. Tout simplement. Comme le souligne Lucie Pearson, citant Depover (2008) :

« L‘outil technologique peut offrir de grandes possibilités d‘apprentissage de haut niveau cognitif, impossibles à imaginer auparavant, pour le formateur qui sait bien l‘exploiter. »

Les TIC amplifient tout, notamment les possibilités de réseautage et d’expressions de créativité en formats multiples et ouverts. Ainsi, au lieu de parler de technopédagogie et de citoyenneté numérique, on arrivera, je l’espère, à parler de pédagogie et de citoyenneté tout court ! Nous sommes en 2013 !

On aura sans doute saisi que cette vision de l’éducation implique d’autres caractéristiques en périphérie (l’enfant et le jeune étant au centre) : quelles sont les finalités de formation ? Comment les prescrit-on, les communique-t-on ? Comment, au niveau d’une école, exploite-t-on la ressource commune qu’est le temps ; la journée scolaire, les parcours, les liens évidents et naturels entre les champs disciplinaires trop longtemps bien segmentés et isolés entre eux ? Comment la communauté et les partenaires deviennent des joueurs-clés dans cet environnement d’apprentissage ? Comment assurer l’équité d’accès ? Quels sont les impacts de tout ceci sur les conventions collectives en vigueur ? Et la formation, elle ? Initiale ou continue, formelle et informelle, voire sociale…

Ce n’est pas une affaire simple, vous en conviendrez. Il faut de l’innovation et du courage, beaucoup de courage. Changer des moteurs d’avion, quand celui-ci est en plein vol, oui, il faut être courageux. Mais le voyage et la destination en valent le coup, pour l’amour des enfants !

Bon vol !

Source de l’image http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/deed.fr Image dédiée au domaine public, via pixabay.com
Dernière modification le jeudi, 29 septembre 2016
Cool Jacques

Je suis natif du Nouveau-Brunswick et j’ai travaillé dans le système d’éducation publique du N.-B. pendant 25 ans, d’abord comme enseignant en sciences et ensuite comme conseiller en évaluation, concepteur de programmes d’études et directeur adjoint. De 2001 à 2009, j’ai coordonné le développement et la livraison des cours en ligne pour les écoles secondaires francophones. De 2009 à mars 2011, j’ai travaillé à la Direction de la mesure et de l’évaluation au projet d’un nouveau système d’information des élèves ainsi que celui de l’évaluation en ligne des apprentissages des élèves. J’ai de plus coordonné le Colloque annuel de leadership des élèves du secondaire de 1998 à 2010. D’avril à novembre 2011, j’ai été gestionnaire du Groupe des technologies de l’apprentissage (GTA), relevant de la Direction générale des technologies de l’Université de Moncton. De décembre 2011 à mai 2012, c’est au Collège communautaire du N.-B. (CCNB) que j’ai travaillé à titre de technopédagogue, un domaine qui me passionne. De retour au système d’éducation publique m à 12, je veux maintenant travailler de près avec les écoles communautaires et ses partenaires afin de faire de l’école un lieu d’apprentissages durables en connexion avec son milieu et avec le reste de la planète. Je prône le travaille d’équipe et j’apprécie la richesse d’apprendre en réseau. Je blogue depuis 2004 au http://www.zecool.com, tout en restant en veille sur Twitter (@zecool). Acadien fier de l’être, je suis marié et fier papa de 3 enfants.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.