fil-educavox-color1

Au cours de ces deux journées (25 et 26 avril 2019), ateliers et conférences se succèdent… En voici quelques échos qui témoignent de nouvelles manières de réinventer la pédagogie autour des valeurs partagées d’une citoyenneté numérique. Et toujours avec le concours de Canopé et de la Direction du Numérique pour l’Éducation. 

La radio pour lutter contre les discriminations.

Un atelier pour découvrir les actions menées dans les lycées de la région de Marseille avec la Web Radio.

 Hervé Dusson, médiateur numérique Canopé 13 montrait les réalisations de projets Radio conduits afin de lutter contre le cyber harcèlement et les discriminations.

Après un appel à projets, six établissements (3 collèges, 2 Lycées professionnels, 1 classe Ulis : Unité localisée pour l’inclusion scolaire) ont été retenus pour réaliser un projet qui serait présenté au cours de la semaine de la presse : deux reportages TV et articles de presse ont donné un écho aux lauréats.

Deux élèves ont été sélectionnés pour animer les 6 émissions de radio dans la journée.

img030519 2 

Les thématiques habituelles traitées par les élèves sont relatives aux matières étudiées (maths, histoire) ou à des événements scolaires. Mais les discriminations, le harcèlement, la lutte contre l’exclusion LGBT sont les thèmes qui tiennent le plus à cœur les élèves. Certains sujets, tel que celui de l’homosexualité dans les Mangas par exemple, ont donné lieu à une importante recherche, d’autres à des échanges d’opinion très argumentés.

Le médiateur accompagne dans les établissements les acteurs pour leur apprendre à vérifier les sources, les aider à écrire les chroniques, leur apporter le matériel d’enregistrement : les émissions sont finalisées en trois séances. Reportage, interviews, chroniques, chanson, tous les modes d’expression sonores ont été utilisés, en intégrant parfois le professeur de musique. Chaque établissement a enregistré une émission de dix minutes disponible en Podcast.

Les élèves, très concentrés sur leur œuvre ont fourni un gros travail d’écriture en amont de l’enregistrement, car le conducteur de l’émission est finalisé avant l’enregistrement. Ils sont sortis de cet atelier épanouis par une expérience révélatrice de capacités parfois encore méconnues.

Le 19 mars 2019 une table ronde a réuni les apprentis journalistes avec des professionnels des médias et des associations.

L’atelier « radio » a permis à ces élèves de devenir acteurs en s’emparant de nouveaux outils afin d’acquérir des compétences citoyennes : ils s’épanouissent dans un processus créatif reposant sur un travail construit.

Une belle réalisation à encourager, à faire connaître et à reproduire.

Des élèves acteurs des médias en autonomie grâce aux activités Medialab

Comment mieux comprendre les médias en devenant acteur ?

Grâce à des Fab Labs dédiés à la création de medias en mobilité ou en studio autour du projet Medialab de la direction territoriale Canopé Bretagne-Pays de la Loire

Animé par Hervé Brunet (atelier Canopé 49) et Florian Daniel (atelier Canopé 44), cette présentation montre comment des élèves deviennent producteurs de contenus audio ou vidéo en autonomie tout en se formant à la maîtrise des médias (Education aux Médias et à l’Information).

Des solutions mobiles peuvent être empruntées : elles sont constituées de kits comprenant un  enregistreur mobile acceptant quatre micros. Mais la création audio est aussi possible en studio.

Des espaces de création vidéo sont aussi mis à disposition autour de solutions simples et pas chères avec webcam et incrustation sur fond vert. Il devient possible de créer des vidéos avec tablettes et Smartphones.

Ces ateliers sont notamment permis grâce au Conseil départemental de la Loire Atlantique qui met à disposition un laboratoire d'usages numériques connu sous le nom de LUNe 44. Les élèves sont reçus pendant trois heures : deux types de parcours leur sont proposés. Un atelier sur Escape game, un autre pour des parcours EMI comportant huit activités : notamment une Web TV. Toutes les consignes sont données sur un blog qui décrit les étapes avec des conseils précis. Un journal de classe est proposé et chaque groupe doit laisser la trace de ses activités.

C’est ainsi que quatre compétences sont travaillées en Education aux Médias et à l’Information (développement d'une compétence de recherche, de sélection et d'interprétation de l'information, ainsi que d'évaluation des sources et des contenus).

On fabrique ensemble un journal télévisé, mais on a aussi par aussi appris à créer une publicité pour une application de rencontre Zanmie (rencontres amicales réservées aux femmes).

D’autres activités hors medialab sont proposées, telles que corriger des graphiques représentant des statistiques d’information réels, mais erronés. Il ne s’agit pas de faux, mais de présentations de mauvaise foi (ils ne sont pas à la bonne échelle, les couleurs sont trompeuses, les parts de camembert sont fausses...) : il faut alors les corriger. Pour ce qui est des Infox, on apprendra à écrire la légende d'une photo d'information.

On doit alors garder ces traces dans le journal de l’atelier. Il s’agit d’un outil réalisé par l'atelier des chercheurs Do.doc. Avec cette solution, le contenu reste sur place : il n'est pas déposé sur le site de l'entreprise. On obtient alors une compilation de medias y compris vidéo, avec un traitement de texte intégré pour la mise en forme. Deux personnes sont mobilisées pour encadrer trente élèves.

« Jalons », l’offre éducative de l’INA ouverte aux enseignants et à leurs élèves, fait peau neuve.

L’INA dévoilait ce jeudi 25 avril à l’occasion des rencontres de l’Orme une version enrichie et modernisée de sa proposition éducative « Jalons », construite en partenariat avec le ministère de l'Éducation nationale via son offre Eduthèque. Alain Thillay, responsable des ressources numériques à la DNE en assurait la présentation aux côtés de Mireille Maurice, déléguée régionale de l'Ina Méditerranée.

img030519 3.jpg

Lancée en 2005, accessible depuis 2013 à travers le portail de ressources numériques « éduthèque » du ministère de l'Éducation nationale, « Jalons » met à disposition de près de 900 000 enseignants du primaire et du secondaire ainsi que de leurs 12 millions d’élèves une sélection d’archives audiovisuelles de 1914 à nos jours, en lien avec les programmes scolaires, du cycle 3 à la Terminale. Sont ainsi proposés plus de 1 800 contenus vidéo produits de façon spécifique, dûment sourcés et vérifiés, ayant fait chacun l’objet d’une éditorialisation pédagogique construite avec les enseignants : notice documentaire, contexte historique et médiatique, scénarios d’usage en classe. Autant de ressources « anti-infox » à l’usage des professeurs.

La nouvelle version de « Jalons » offre une expérience utilisateur plus fluide et intuitive, quel que soit le mode de consultation - ordinateur, tablette, Smartphone… Les enseignants peuvent également télécharger et partager des vidéos avec leurs élèves, les annoter, créer des extraits vidéo pour préparer un cours ou un exposé. Chaque vidéo est proposée dans un player innovant qui mêle images, transcription synchronisée et repères.

L’accès aux vidéos est également simplifié par l’usage croisé de la recherche textuelle et de filtres, des propositions de rebonds sous forme de tags ainsi que par différents modes complémentaires d’affichage des résultats, dont la frise chronologique et la géolocalisation. Accessible à tous les publics dans sa version « découverte », « Jalons » répond par ailleurs aux normes d’accessibilité RGAA double A et permet une navigation via les technologies d’assistance et de substitution quel que soit le type de handicap (navigabilité au clavier, lecteurs d’écran, …).

Des ateliers d'éducation aux medias sont aussi proposés à partir du site Jalons. Identification d'images et vidéos sans le son. On échange sur les hypothèses, puis on revoit la vidéo avec le son. Il s’agit aussi de donner aux élèves le réflexe de rechercher la source et le contexte du document. Travail aussi sur le montage de sujets de JT, réalisation de JT...

A cette occasion était aussi proposé par Sophie Gebeil maître de conférences d'histoire à l'ESPE, le projet "Scola Média" qui vise à faire construire des capsules pédagogiques par les étudiant.e.s et les enseignant.e.s-stagiaires de l’ESPé d’Aix-Marseille.

L’équipe pédagogique a impliqué les étudiants dans un parcours citoyen virtuel intitulé « Vivre ensemble à l’ère numérique » donnant lieu à la production par groupe d’une vidéo à destination de Scola Média, mettant l’accent sur deux dimensions du parcours citoyens : l’EMC (Enseignement moral et civique) et l’EMI (Education aux Médias et à l’Information). Ces travaux s’effectuent sous la coordination de l’équipe de formateurs avec l’intervention de l’association les Films du Papillon.

https://fresques.ina.fr/jalons

https://www.edutheque.fr/accueil.html

Humanités numériques et citoyenneté

Quels enjeux de culture générale et de formation ?

img030519 4Cette table ronde visait à mettre en évidence le rôle des Humanités numériques dans la construction d’une citoyenneté fondée sur l’acquisition de compétences interdisciplinaires constitutive d’une approche humaniste. Elle était animée par trois conférenciers : Elie Allouche, chef de projet - Incubateur des projets numériques - Ministère de l'éducation nationale/DNE, Serge Barbet  directeur délégué du CLEMI, et Nicolas Turquet IA-IPR de lettres, conseiller humanités numériques à la direction générale du réseau Canopé.

Dans une période de démocratisation du savoir, qu’en est-il de l’appropriation du savoir fondateur d’une citoyenneté renouvelée?

Dès l’origine, en 1984 Macintosh lançait son nouvel ordinateur personnel en ayant soin de lever l’angoisse liée à l’informatique, pour le faire apparaître comme un outil de libération (voir le spot publicitaire Ridley Scott).

Les axes structurant des humanités numériques sont : l’aspiration à une citoyenneté critique dans un renouveau d'engagement et d'expression des citoyens, une citoyenneté numérique fondée sur la compétence à s'engager par une pratique éclairée et revivifiée par les humanités. L'école doit promouvoir l'autonomie de l'enfant en reconnaissant ses aptitudes et son autonomie.

Convoquant Aristote, on invite les acteurs à investir l'espace numérique, car il ne s'agit pas que de l'habiter. "Le citoyen n'est pas citoyen par le fait d'habiter tel endroit". La Politique III.

Il y a une absolue nécessité de savoir et de comprendre pour entrer en citoyenneté. Ces valeurs sont déclinées dans l’École du socle. Le Socle commun nécessite d'acquérir les cinq domaines de compétences : le domaine trois du Socle fait correspondre la personne et le citoyen. 

Contribution des humanités numériques à la construction d'une citoyenneté numérique?

Les humanités constituent une culture commune qu'il faut s'approprier. Elles investissent en effet le champ des Lettres, car le numérique n’est pas seulement une  affaire d'informaticiens. Il s’agit d’un espace de dialogue interdisciplinaire

Les humanités numériques rassemblent une communauté de chercheurs et d'enseignants praticiens du numérique dans une démarche humaniste, collaborative, critique, réflexive.

Les humanités numériques reposent sur une production d'outils, de méthodes et de pratiques, dans un dialogue permanent entre techniciens, chercheurs et public (voir à ce propos le centre de ressources de l’Université de « Cambridge Digital Humanities »).

Il convient de prendre conscience que les savoirs sont une affaire d'instruments et d'instrumentation du savoir. Dans les humanités numériques on travaille sur du savoir, avec des valeurs fondées sur une construction des informations. La mise en données numériques des savoirs permet une nouvelle façon d'aborder les lieux de savoir : école, musée, bibliothèques…

Être citoyen à l'ère de la mise en données numériques des sociétés signifie réaliser un parcours allant des données aux informations, des informations au savoir, du savoir à la culture... Le rôle de l'école est de donner du sens, de prendre de la distance en travaillant sur la longue durée.

Dans cette période d’ouverture des données et des savoirs Dominique Cardon dans son livre Culture Numérique (Presses de Sciences Po, 2019) compare l’arrivée du numérique à celle de l’imprimerie, qualifiant ainsi de culture la somme des conséquences qu’exerce sur nos sociétés la généralisation des techniques de l’informatique . Il est alors nécessaire d’aborder le numérique via une mise en perspective historique, économique, politique, sociale et culturelle des techniques (Internet et le web comme biens communs) selon Dominique Cardon.

Pour Milad Doueihi (Pour un humanisme numérique, ed. du Seuil, 2011 et Qu’est-ce que le numérique ? Puf, 2013) le numérique est devenu une « civilisation ». En effet, le numérique modifie nos regards sur les objets, les relations et les valeurs.

Les communs sont l’un des moyens de rendre visibles et accessibles à tous informations et savoirs. On parle des communs de la connaissance des lors qu’il y a une activité collective pour créer, maintenir et offrir des savoirs en partage. Dans La Bibliothèque apprivoisée, Lionel Dujol développe la notion de médiation numérique des savoirs autour de la constitution de collections de communs de la connaissance. Wikipedia est un exemple qui revient aux sources de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Nous sommes dans une conception universelle et tolérante des biens informationnels.

Dans cette perspective, il convient de rappeler le Wikiconcours lycéen 2018-2019 porté par le CLEMI et Wikimédia France. Il s’agit de l’un des défis phares du CLEMI : un concours national de création et d'amélioration d'articles Wikipédia dans le cadre scolaire organisé depuis septembre 2013  L'éducation aux medias et à l'information s'inscrit désormais pleinement dans les défis du numérique. Faire créer et améliorer des articles de Wikipédia par les lycéens sous entend la recherche et la vérification de l'information, la compilation des sources d'information, la participation à une écriture encyclopédique collaborative. La plus value pédagogique est évidente.

A travers la transdisciplinarité des actes portés par les humanités, le numérique dans l'établissement apparaît désormais comme un environnement et non comme addition d'outils. Les pratiques changent, qu'on ait des outils ou pas. C'est une nouvelle façon d'être en société, car, comme le rappellent les conférenciers avec Jean-François Cerisier " La culture numérique c'est notre culture. Elle n'est que notre culture à tous, celle d'ici et maintenant, telle qu’elle a évolué avec la disponibilité permanente des techniques numériques. "

Michel Pérez

[1]Wikimédia France et le CLEMI (le Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information) organisent et coordonnent depuis septembre 2013 un concours national de création et d'amélioration d'articles Wikipédia dans le cadre scolaire. L'objectif est de s’appuyer sur Wikipédia et son mode de fonctionnement pour développer chez les élèves des compétences informationnelles, disciplinaires et liées à la maîtrise des technologies de l’information et de la communication. L'édition 2017-2018 a impliqué 38 établissements dans 22 académies.

Dernière modification le vendredi, 06 septembre 2019
Pérez Michel

Président national de l'An@é. Inspecteur général honoraire de l’éducation nationale (spécialiste en langues vivantes). Ancien conseiller Tice du recteur de Bordeaux, auteur de nombreux articles et rapports sur les usages pédagogiques du numérique et sur la place des outils numériques dans la politique éducative.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.