fil-educavox-color1

Torres Jean Christophe

Torres Jean Christophe

Proviseur au lycée Léopold Sédar Senghor à Evreux (lycée campus des métiers et des qualifications - biotechnologies et bio-industries de Normandie). Agrégé de philosophie, auteur de plusieurs essais dans les domaines de la philosophie morale et politique, de la pédagogie et de la gestion éducative.

Autorité ou autoritarisme ?

Une erreur éducative
Il faut rétablir l’autorité à l’école. Cette exigence scolaire, pour n’être pas totalement nouvelle, n’en retentit pas moins aujourd’hui avec une résonnance inédite. Car elle contredit à l’évidence une certaine « modernité » éducative qui prétendait jusqu’à il y a peu s’affranchir de tout discours prescriptif, qui entendait libérer l’école d’un autoritarisme jugé nuisible à l’épanouissement des enfants. 

En savoir plus...

Sagesses asiatiques

Avant d’être une donnée économique qui plonge chacun dans les affres d’une concurrence universalisée des biens et des personnes, la « mondialisation » est d’abord celle des idées et des cultures scolaires. Et notre occident moderne trouve alors dans les grandes spiritualités asiatiques, pour qui veut bien s’y plonger, de profondes résonnances de ses problèmes et questions, de fructueux prolongements de ses interrogations actuelles. 

En savoir plus...

Sur l’évaluation des élèves

La part humaine de l’évaluation

Dans son sens le plus littéral, évaluer consiste à attribuer une valeur. Par son caractère éminemment sensible, cette démarche renvoie à la dimension proprement humaine de l’acte éducatif : à sa part de subjectivité, à l’influence prépondérante des affects qui conjuguent en leur force les attentes comme les investissements de tous ordres. 
En savoir plus...

Liberté d’expression et vérité éducative

Une contradiction performative
Comment transmettre l’esprit de tolérance aux élèves ? Sur quelles approches, sur quels postulats éducatifs faut-il fonder la liberté d’expression ? Ces questions, à la fois morales et pédagogiques, citoyennes et scolaires, sont désormais au cœur de notre débat public. 
En savoir plus...

La fessée éducative : une question sensible

Administrer une fessée, ce n’est pas faire un bon usage de son autorité parentale : ce qui constitue une simple opinion fut dernièrement rappelé par un tribunal à un père de famille jugé peu inspiré dans ses pratiques éducatives. La justice considère en la circonstance que l’autorité légale, usant de sa force physique représente une violence faite à l’enfant et non une punition acceptable. 
En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.