fil-educavox-color1

Aurélie Palud et Manon Hervé, professeures de lettres, nous présentent le dispositif #JourSansE au collège et au lycée

 

 

L’origine du projet 


Le projet s’inscrit dans le cadre de l’opération #JourSansE initiée par Canopé.

L’intérêt du lipogramme pour stimuler l’écriture poétique avait déjà été évalué en 2017 avec une classe de seconde. La séance avec les élèves de première est le dernier temps d’une séquence consacrée au pouvoir qu’a la poésie de métamorphoser le réel et de changer notre regard sur le quotidien.

En classe de sixième, l’utilisation du lipogramme est l’occasion de travailler de manière originale des éléments du programme de français au regard de l’objet d’étude portant sur la création poétique, mais aussi des compétences du Socle commun. Les élèves envisagent la langue et son utilisation lors d’un travail d’écriture à contrainte, dans un contexte de communication beaucoup plus large.

Le déroulement de l'activité

Pour les élèves de première, la séance présentée se décline en deux temps :

  • réécriture sans « e » de vers tirés de poèmes étudiés en classe. Comparaison des propositions et évaluation de la teneur poétique des réécritures. Verbalisation des enjeux et des difficultés du lipogramme ;
  • création de poèmes (tercet ou quatrain) sans « e » évoquant les plaisirs ou les objets du quotidien et enregistrement des textes sur un padlet en vue d’une publication sur Twitter le 13 mars 2018.

Avant cette séance, les élèves de sixième avaient déjà travaillé sur le principe du lipogramme à travers la réécriture d’un passage de l’œuvre étudiée en classe, Vendredi ou la Vie sauvage de Michel Tournier.

Ils avaient alors réfléchi à l’impact de la rédaction sans « e » sur la création littéraire. 

Le jour J, dans un premier temps, les élèves découvrent l’auteur Georges Perec, son œuvre La Disparition et le projet #JourSansE. La présentation de Twitter permet de faire de l’éducation aux médias et à l’information. Grâce à des questions orientées, les élèves sont initiés à un usage réfléchi des réseaux sociaux et d’internet. Dans un deuxième temps, il s’agit pour eux de rédiger, en binôme, un maximum de tweets sur le thème de la nature et de la vie sauvage, puis de les poster sur un padlet à publication modérée.

Les aspects techniques 

Les élèves disposent d’un accès à internet afin de profiter de ressources :

  • dictionnaire en ligne (CNRTL) avec dictionnaire des synonymes et dictionnaire d’antonymes ;
  • dictionnaire des rimes en ligne ;
  • un padlet sur lequel enregistrer les poèmes et les phrases réalisés ;
  • l’analyseur de tweets : outil conçu par Canopé pour vérifier la validité des tweets (l’absence de la lettre « e », le nombre de caractères et la présence de #JourSansE).

Les compétences mises en œuvre 

Cette activité d’écriture amène les élèves à réaliser des productions qui seront publiées et lues par de nombreuses personnes. Il s’agit donc de travailler la langue française et de mobiliser des compétences d’écriture non seulement en prenant en compte les contraintes du lipogramme et du réseau social, mais aussi dans le but d’être lu et compris par les internautes.

Ce projet vise à améliorer la maîtrise de la langue française par un travail portant sur l’écriture d’invention et sur le lexique et sa recherche. Les élèves explorent la langue de façon ludique : le lipogramme exige un travail sur la syntaxe, les synonymes, les niveaux de langue, la conjugaison, les périphrases.
Le travail de réécriture de vers connus met aussi en jeu la compréhension des textes d’origine. 

La publication sur Twitter engage l’éducation aux médias : peut-on tout dire ? Peut-on tout croire ? Quelle image renvoie-t-on de soi à travers un tweet ? Dans quelle mesure peut-on transformer Twitter en espace poétique ?

Le bilan de la séance 

Le bilan de ce projet est positif.

C’est la deuxième année que nous le reconduisons avec nos élèves. Chaque année, ils prennent plaisir à relever le défi du lipogramme et se montrent motivés et créatifs. En amont, deux activités, la création d’une boîte à « mots sans e » avec les élèves de première et l’analyse d’une réécriture avec les élèves de sixième avaient déjà donné lieu à une séance stimulante durant laquelle les élèves avaient été sensibles à l’omniprésence de cette lettre dans la langue.

Le contexte du projet rend l’activité ludique.

Les élèves se prennent au jeu, en oubliant même que c’est un travail d’écriture dans lequel ils mobilisent des compétences vues en classe.
Les débats sur les réécritures ont permis de souligner les vertus de l’écriture à contrainte. Chacun a pu réfléchir à sa définition de la poésie. 
Finalement, le travail de création sensibilise les élèves au tour de force accompli par Georges Perec dans La Disparition. Cette séance constitue un tremplin intéressant pour découvrir ou approfondir le mouvement de l’OuLiPo.

 

Vidéo

Durée : 00:04:56
Date de production : 2018
Producteur : Réseau Canopé
Réalisateurs : Bernard Taillat, Pierrick David

Article initialement publié sur le site : https://www.reseau-canope.fr/notice/joursanse_15814.html

Réseau Canopé- 2018 - Événement : USAGES DES TICE Témoignages pédagogiques des TICE
Niveau : 1re techno STI2D
Discipline : français

Dernière modification le mardi, 27 mars 2018
Agence usages TICE

L’Agence nationale des usages des TICE accompagne la politique de développement de l’usage des technologies éducatives en concentrant son action sur les priorités nationales.

C’est un service du ministère de l’éducation nationale mis en œuvre par le Centre national de documentation pédagogique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.