fil-educavox-color1

Une circulaire récente (N° 2018-108 du 10 octobre 2018, publiée au Bulletin Officiel de l'Education Nationale N°37 du 11 octobre 2018) est venue préciser le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées. En trois pages très denses, on y détaille les missions normalement dévolues à ces acteurs de plus en plus sollicités, théoriquement volontaires pour exercer une telle mission ("Au sein des équipes pédagogiques, les professeurs principaux sont désignés par le chef d'établissement, avec l'accord des intéressés"), mais auxquels il est difficile de refuser une telle désignation. 

Le moins que l'on puisse dire est que ce texte réglementaire vient amplifier une tâche qui était déjà fort chargée, notamment dans le domaine de l'orientation, sans pour autant que ce que l'on y qualifie de "reconnaissance financière" fasse l'objet de la moindre revalorisation.

1. Les missions de coordination :

Ce texte rappelle que "le professeur principal fait le lien, pour sa classe, entre tous les personnels qui suivent l'élève : les professeurs, les CPE, les personnels sociaux et de santé, le psychologue de l'Education nationale (ex conseiller d'orientation-psychologue), et l'équipe de direction. Il est également l'interlocuteur privilégié des familles".

Cette large activité concerne aussi bien le suivi des acquis scolaires et de l'évaluation des élèves, que l'accompagnement de ceux qui ont des "besoins éducatifs particuliers". Il est en outre concerné par l'implication des élèves dans la vie de classe et de l'établissement. Ce sont là de simples rappels de tâches anciennement confiées aux professeurs principaux, mais que cette circulaire précise en détaillant point par point ce qui est attendu d'eux pour chacun de ces domaines. On y trace le portrait d'une sorte de chef d'orchestre capable d'harmoniser le travail de l'ensemble des professeurs de la classe et autres personnels y intervenant, en lien avec l'équipe de direction et les familles. Il le fait notamment lors des conseils de classe en y exposant le bilan scolaire synthétique de la classe toute entière, mais aussi de chaque élève. Il présente les divers points de vue et conseils formulés par les membres de l'équipe pédagogique, ainsi que par les personnels sociaux, de santé, les personnes en charge de l'orientation ... Bien entendu, en amont de la date de réunion du conseil de classe, il a pris soin de glaner les informations nécessaires auprès de chacun. Il veille en outre à ce que ce suivi soit bien transmis à l'élève et à ses représentants légaux, et pour cela, se met à la disposition des familles qui le souhaitent pour les entretiens qu'elles sollicitent ou qu'il s'efforce de provoquer.

Concernant les élèves à besoins éducatifs particuliers (élèves "à capacités singulières", et ceux qui "éprouvent des difficultés importantes dans l'acquisition" des connaissances et compétences), le professeur principal, en lien avec l'équipe, participe à la mise en œuvre des dispositifs personnalisés d'accompagnement, et veille à leur bon déroulement.

Il doit en outre se montrer "particulièrement attentif à l'accueil (au sein de l'établissement scolaire) de tous les élèves" et favoriser la communication. A ce titre, il peut être sollicité pour organiser et animer, en lien avec les CPE et des membres de l'équipe de direction, certaines activités entrant dans le champ de ce qu'il est convenu de nommer "les heures de vie de classe". Cela peut aller jusqu'à lui demander de gérer certains conflits concernant des élèves de sa classe, participer à l'organisation de l'élection des délégués des élèves et diverses autres tâches qui sont du domaine de "la vie scolaire".

Enfin, on attend du professeur principal qu'il "crée un lien privilégié entre l'établissement et les représentants légaux de l'élève". A cette fin, il doit s'efforcer de les informer régulièrement sur tout ce qui concerne la vie scolaire de chaque élève de la classe, et pour cela, organiser un système continu de communication écrite et orale, en face à face et/ou à distance.

Tout cela relève de ce qu'il est convenu de nommer "les missions de coordination" des professeurs principaux. Cet aspect de leurs missions est ancien, et ce texte n'apporte en la matière guère d'éléments nouveaux, si ce n'est qu'en entrant dans les détails, il permet de prendre la mesure de la complexité de cette partie de la tâche. Cependant, c'est sur le point 2 de ce texte réglementaire, consacré à l'orientation, que nous souhaitons attirer plus particulièrement votre attention, car en ce qui concerne ce domaine d'activité, les missions dévolues aux professeurs principaux s'accroissent fortement, et apparaissent comme étant une composante très importante de la réforme des lycées, et de la montée en puissance de l'accompagnement de l'orientation des élèves.

2. L'amplification du rôle des professeurs principaux en matière d'orientation :

Le point 2 de cette note de service s'ouvre sur la phrase suivante : "Le professeur principal a une responsabilité spécifique dans la mise en œuvre et le suivi des actions d'information et d'aide à la préparation progressive des choix d'orientation de tous les élèves du second degré". Et pour mettre les points sur les "i", on ajoute que son action dans ce domaine "s'inscrit dans le cadre du Parcours Avenir" (tel que prévu par l'article L.331-7 du Code de l'éducation). Or, le Parcours Avenir concerne TOUTES les classes, de la sixième à la terminale, et ce dans tous les types d'enseignement. C'est dire combien cette mission est désormais lourde à porter.

Placé pour cela sous la responsabilité directe du chef d'établissement et/ou d'un de ses adjoints, "il est chargé d'assurer la coordination et le suivi des actions en lien étroit avec l'ensemble des équipes pédagogiques et éducatives". A cet égard, on attend de lui qu'il facilite la création de liens et le suivi des partenariats avec les représentants des établissements d'enseignement secondaires et supérieurs vers lesquels, aux divers palliers d'orientation (notamment post classes de troisième et terminale), les élèves sont susceptibles de s'orienter. Il doit en outre intégrer dans sa démarche divers partenaires tels "les collectivités territoriales, les représentants du monde économique, professionnel et associatif", et bien sur les familles. A cet égard, il est un membre important de l'équipe chargée d'organiser au sein de l'établissement les journées ou semaines de l'orientation.

A l'approche du passage au lycée, comme du passage dans l'enseignement supérieur, "le professeur principal explicite aux élèves et à leurs familles les procédures d'orientation, d'affectation au lycée, et d'admission dans l'enseignement supérieur". Il le fera tout particulièrement en ce qui concerne les plateformes de régulation des flux d'entrée au lycée (Affelnet) et dans l'enseignement supérieur (Parcoursup).

Dès la classe de troisième, "le professeur principal conduit des entretiens d'orientation personnalisés". Ces entretiens doivent avoir lieu le plus tôt possible dans l'année scolaire, mais aussi "à tous moments en fonction des besoins". Le but visé est de permettre aux familles de "mieux construire le parcours d'orientation de l'élève", aussi bien durant les années d'enseignement secondaire (notamment à l'issue des classes de troisième et seconde), que pour la poursuite des études dans l'enseignement supérieur. A cet égard, il doit veiller à ce qu'au moment d'exprimer leurs souhaits d'orientation, les parents ou tuteurs légaux ou l'élève majeur, tiennent compte de leur bilan scolaire et personnel, et se montrent donc aptes à faire des choix raisonnables. Le professeur principal est donc un acteur fondamental de ce qu'il est convenu de nommer "le dialogue" en matière d'orientation.

  • Au collège, c'est tout particulièrement à l'approche du passage au lycée (donc en classes de quatrième et surtout troisième), que son rôle est de toute première importance. A ces niveaux, il doit s'efforcer d'aider chaque famille à préparer ses voeux d'orientation vers les diverses voies d'études qui se présenteront à l'issue du collège : voies professionnelle (il conviendra de mettre en avant les vertus de la formation professionnelle par l'alternance ), générale et technologique. Il devra le faire en présentant clairement les caractéristiques respectives de chacune de ces trois voies, mais aussi en tenant compte de leurs débouchés post baccalauréat respectifs. En lien avec l'équipe de direction, il doit organiser le suivi des démarches relatives au stage obligatoire en milieu professionnel des élèves de sa classe de troisième, et aider les familles à s'en inspirer pour leurs réflexions en matière d'orientation.
  • Au lycée, dans le cadre de la réforme des filières et du baccalauréat, "le rôle du professeur principal dans l'accompagnement au choix de l'orientation est renforcé". En seconde générale et technologique, il alimente les familles en informations et conseils fondés sur le bilan scolaire et personnel de chaque élève, pour ce qui est du choix entre la filière conduisant au baccalauréat général, l'une des filières technologiques, voire une réorientation vers la voie professionnelle. Pour ceux qui font le voeu d'être orientés en première générale désormais unique, le professeur principal aide les familles à bien choisir les "enseignements de spécialité" et "enseignements optionnels facultatifs" qui s'offrent à chaque élève de sa classe. En première et terminale (générale, technologique ou professionnelle), il informe les familles sur les parcours d'études supérieures susceptibles de convenir à chacun de ses élèves. Il le fait en évoquant les "attendus" propres à chaque filière d'études supérieures (tels que présentés sur la plateforme Parcoursup) , au regard du bilan scolaire et personnel de chaque élève. En voie professionnelle, il doit en outre accompagner les élèves qui font le choix de rechercher un emploi à l'issue de leur baccalauréat professionnel.

3. Le pari du "dialogue" en tant que moyen de bonne régulation des flux d'orientation :

Ce texte témoigne indéniablement d'une amplification des tâches dévolues aux professeurs principaux, tout particulièrement dans le domaine de l'accompagnement des projets d'orientation. Cela s'explique en grande partie par le fait qu'il a été décidé de réguler les flux d'élèves à orienter non en fonction de modalités strictes de sélection, mais selon une sorte de délégation de confiance aux familles, supposées faire "les bons choix", grâce au "dialogue" ayant précédé l'expression de leurs voeux.

Cette politique est fondée sur une conviction : en développant fortement le "dialogue" préalable en matière d'orientation, et pour cela en amplifiant les moyens divers qui doivent être mis en oeuvre pour accompagner les projets d'orientation des familles et/ou des élèves majeurs, en les éclairant sur les réalités scolaires et professionnelles qui les attendent au lycée ou dans l'enseignement supérieur, en présentant clairement - à chaque niveau d'études - ce que sont les conditions de la réussite aux niveaux ultérieurs, en les incitant à fonder leurs réflexions sur ce qu'ils sont réellement et non uniquement sur ce qu'ils aimeraient être mais ne sont pas toujours... les élèves et leurs tuteurs légaux devraient logiquement être conduits à exprimer des choix raisonnables, fondés non sur leurs seuls "rêves" , mais aussi sur une prise en compte lucide du bilan scolaire et personnel de l'élève. Dès lors, ce dialogue reposant principalement sur le travail que doivent accomplir les professeurs principaux, ces derniers deviennent des interlocuteurs essentiels des familles pour toutes les questions relatives à l'orientation.

Ils ne sont certes pas les seuls à devoir agir en ce domaine. On ne le dira jamais assez : l'orientation doit être l'affaire de tous ! Familles, professeurs (principaux ou pas), personnels d'orientation, conseillers principaux d'éducation, personnels de direction ... Il serait inacceptable que, sous prétexte que ce texte réglementaire vient renforcer leur rôle en ce domaine, certains se sentent autorisés à se désengager de tout ou partie de leurs obligations en la matière. Cependant, le professeur principal est progressivement devenu l'acteur premier de ce dispositif, et donc l'interlocuteur privilégié des familles en ce domaine.

Conclusion :

La note de service que nous venons de présenter se termine ingénument par un paragraphe III intitulé "reconnaissance financière". D'aucuns auraient pu s'attendre à ce que les professeurs principaux soient bénéficiaires d'une rétribution revue à la hausse. Or, il n'en est rien : la seule chose qui est revue à la hausse c'est l'ampleur de leurs missions. Il y a là un vrai problème.

Rappelons qu'en l'état actuel des choses, les professeurs principaux sont rétribués de deux façons complémentaires : comme tous les professeurs (principaux ou pas), ils perçoivent forfaitairement l' "indemnité de suivi et d'orientation des élèves" (l'ISOE), à laquelle s'ajoute "le versement de la part modulable de l'ISOE" régie par le décret N° 93-55 du 15 janvier 1993 modifié. En 2018, l'ISOE est d'environ 1220 euros annuels (montant arrondi perçu par tous les professeurs qui exercent en présentiel devant élèves). Quand à la part modulable, réservée aux seuls professeurs principaux, elle varie en fonction du niveau d 'intervention : toujours en 2018, elle est d'environ 1220 euros annualisés pour les niveaux 6e/5e et 4e; 1430 euros en classes de troisième, seconde, de CAP et en voie professionnelle; et 906 euros en classes de première et terminale générale ou technologique. Ainsi, par exemple, un professeur principal chargé d'une classe de troisième perçoit à cette date une somme globale annualisée de 2650 euros, celui qui remplit cette mission en classe terminale perçoit la somme annualisée de 2126 euros.

A cet égard, on se demande bien pourquoi la rétribution d'un professeur principal de classe terminale est inférieure de plus de 500 euros (près de 20% de moins) par rapport à celle d'un professeur principal de classe terminale. Mais surtout, on s'étonne que nos hauts responsables n'aient pas cru bon de profiter de la publication de cette note de service pour accompagner ce qui est candidement qualifié de "renforcement" du rôle des professeurs principaux, par une mesure significative de revalorisation financière. Il est encore temps de le faire !

Bruno MAGLIULO
Inspecteur d'académie honoraire
Auteur de "Pour quelles études êtes-vous fait ?" (collection L'Etudiant)
A paraître en janvier 2019 : "Parcoursup, mode d'emploi" (collection L'Etudiant)

Article publié sur le site : https://www.linkedin.com/pulse/le-professeur-principal-un-acteur-essentiel-de-plus-en-bruno-magliulo/
Auteur : Bruno MAGLIULO

Dernière modification le jeudi, 22 novembre 2018
Magliulo Bruno

Formateur/conférencier/auteur Orientation scolaire et professionnelle - Inspecteur d'Académie honoraire

Profil LinkedIn

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.