fil-educavox-color1

Dans cette société du paraître, de la consommation à outrance qui sont les signes d'un tel vide de sens que nous n'arrivons pas à combler, comme les autres, je navigue dans un monde que je ne comprends pas très bien. L'humanité, on le constate, se cherche désespérément tout en se déchirant pour la défense d'intérêts particuliers au détriment de la construction du bien commun de tous.

Notre type de civilisation peut être comparé à un film dont le titre serait "La comédie (in)humaine", dans lequel chacun joue sa partition à un rythme fou imposé justement par le scénario de ce film.

Saoulés par tant et tant de sollicitations, nous sommes comme des marionnettes qui ne détiendraient plus le libre arbitre de notre vie. Il nous faut suivre ce rythme insensé sous peine de se voir déclasser, beaucoup disent de toute façon que nous n'avons pas le choix....... le monde étant ainsi fait et on n'y peut rien ! Nous nous encombrons de tant de soucis en courant après le temps, il faut être partout à la fois sans jamais aller à l'essentiel, nous sommes bien les acteurs d'un film décousu, sans humanité réelle et qui échappe à la raison !

De plus, la suspicion, la méfiance, le jugement, les préjugés, la jalousie, le conformisme, l'indifférence, le rejet, le matérialisme... sont autant de barrières qui empêchent les gens de se rencontrer.

En permanence, nous nous mettons des entraves qui ne permettent pas suffisamment le "lâcher prise". Une certaine éducation reçue, parfois frileuse et véhiculée dans l'inconscient collectif depuis des lustres, nous empêche d'avoir confiance en l'autre. Il est un mot qui revient à la mode, c'est la bienveillance à l'égard d'autrui, mais cela ne reste au fond qu'une bonne intention pas suffisamment mise en oeuvre. En effet, certains nous diront que cela est de la foutaise et qu'il faut plutôt tout le temps rester sur ses gardes tout en nous repliant sur nous-mêmes afin de ne prendre aucun risque. En plus, l'argent, la position sociale, le déterminisme lié à notre statut à la naissance ou à une certaine éducation de base font aussi qu'il nous sera attribué un rôle à jouer dans la société dont il sera difficile d'en sortir, voire impossible à enfreindre sous peine de se faire montrer du doigt !

Sans nous en rendre forcément compte, le conditionnement moral conventionnel, ancré en nous, fera en sorte d'influencer nos agissements tout au long de notre vie, en sortir pour s'ouvrir vers l'inconnu nous semblera alors impossible voire dangereux car on nous en dissuadera d'emblée. Dès lors, nous vivrons, non pas en étant nous-mêmes, mais en devenant ce que la société bien "ordonnée" nous demande d'être afin de perpétuer une règle immuable pour ne pas sortir du scénario de cette comédie humaine si bien huilée qui nous fait devenir de simples moutons dociles. Pour ma part, je ne jugerai personne car je suis bien souvent tombé aussi dans le piège de ce conformisme ambiant qui impose de ne pas faire de vagues afin de ne pas remettre en cause des certitudes établies qui visent à camoufler sous le tapis bien des injustices et des errements !

Et bien, modestement, c'est bien de ce piège que représente la comédie humaine dont je parle aux jeunes que je rencontre ici ou là. Je leur dis que pour tenter d'embellir ce monde, il faut sortir de ces faux semblants, de cette hypocrisie, de tous ces carcans qui divisent l'humanité au point d'entretenir indéfiniment la haine, l'injustice, la méfiance et la violence verbale ou physique à l'égard d'autrui. Je leur dis aussi que s'ils veulent devenir, non pas des "comédiens" jouant une partition qui sonne creux, mais des êtres bien vivants et libres, ils doivent OSER aller provoquer la rencontre quitte à être déstabilisés. L'aventure humaine réside bien dans la découverte de cet autre qui est différent mais qui peut nous enrichir humainement, sinon nous pouvons à terme mourir idiots et surtout ignorants, avouons que c'est bien dommage et navrant !

En osant franchir le pas, on se forge sa propre opinion en s'informant par soi-même au lieu de continuer à entretenir des idées reçues qui bien souvent amènent à exclure au lieu de tenter d'accueillir, on apprend mieux ainsi à connaître le monde et les autres. Je dis aussi aux jeunes de se méfier de tout ce qui est inculqué de force dans les esprits par des gens parlant haut et fort et qui veulent surtout imposer leur vision étriquée du monde. La vérité sur les choses ne peut être connue qu'à la seule condition d'aller soi-même vérifier sur place, c'est ainsi le meilleur moyen de tuer dans l'oeuf des contrevérités qui font si mal à l'humanité.

Pour finir, tout ce qui relève de la comédie humaine n'est qu'une façade bien dérisoire, tout être humain a une conscience, une âme qu'il ne peut faire grandir qu'en allant en permanence à la recherche de cette vérité si difficile à découvrir, il est vrai ! Tout cela prend toute une vie, et ce n'est même pas suffisant ! Mais au moins, on devient soi-même et on ne se ment plus, même si nous restons bien imparfaits car c'est le propre du genre humain.

Guy GILLET - Site d'éditos humanistes : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/

Dernière modification le mardi, 27 août 2019
Gillet Guy

Initiateur de l'asso festive et humanitaire "Je bouge pour les autres"  Site : http://pourlesautres.fr - Ancien Responsable-bénévole (au Téléthon - au Secours Catholique - à Saint Vincent de Paul) - Editorialiste libre à vocation éducative, pour défendre des valeurs fondamentales, afin de susciter le débat et l'engagement de tous - E-mail : g.gillet@libertysurf.fr
 
Mes Editos sont LIBREMENT utilisables par tous pour lancer le débat, la réflexion en direction de la jeune génération et ceci à partir de mon blog que vous pouvez faire connaître autour de vous, MERCI : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/