fil-educavox-color1

Se mettre en danger, défier l’interdit, les autres, soi-même, la mort. Aujourd’hui, au plaisir morbide du danger, s’ajoute désormais celui de l‘exhibition. Ainsi, certains jeunes jouent à se faire peur, en se plaçant sur les rails d’un métro ou d’un train et à s’en extirper, au dernier moment, lorsque la rame arrive. Celui qui remonte le dernier sur le quai est le gagnant. Un spectacle qui fait fureur sur les réseaux sociaux !

La liste est longue de ces jeux; elle s’enrichit chaque jour davantage. De boire jusqu’à plus soif du gel désinfectant, de bloquer sa respiration jusqu’à l’évanouissement,de sauter à vélo dans l’eau du haut d’une falaise, de s’immoler par le feu le temps d’un petit film vidéo. Autant de « prouesses » qui font froid dans le dos et tournent souvent au drame.

Dernier-né de ces défis stupides le « 12, 24, 48, 72 heures » qui consiste à disparaître sans aucun moyen de communication, sans donner d’adresse.  Tous les ados n’y succombent pas, heureusement !!! Mais certains sont plus attirés, plus vulnérables, plus fragiles et se laissent facilement happer par l’effet du groupe. Il existe chez eux un côté provocation,une envie de transgresser certains interdits mais surtout de le faire dans le secret des parents.Mais, tous n’ont pas une vision claire de ces « jeux »et de leurs conséquences.

Ne laissons pas tout proliférer sur les réseaux sociaux. Au fond, sommes-nous certains que tous ces « défis » ont été créés par des ados ?

Dernière modification le lundi, 21 mars 2016
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.