fil-educavox-color1

Contre la barbarie

La douleur est toujours présente, vivace et le chagrin s'en fond. Les mots nous manquent quand l'abject devient indescriptible et quand les questions s'accumulent : Qui, comment, pourquoi ? A quoi surtout ressemblera notre société après cette tragédie augmentée de la puissance du symbole. Nous peinons à aller plus loin, tétanisés par l'atrocité du crime et la stupidité du mobile.

En savoir plus...

Comment construire une réponse collective à nos approches individuelles ?

" L'environnement dans lequel nous vivons nous incite à réfléchir et à éviter les stéréotypes tout prêts. L'interrogation provoque le temps de la réflexion.  Pendant les jours qui viennent, chacun d'entre nous cherchera sa réponse pour le monde éducatif qui doit participer à bâtir une société du "vivre ensemble". Ces réponses individuelles garderont leur singularité et leur identité pour construire une réponse collective représentative du caractère multidimensionnel et multiréférentiel propre à la pensée complexe qui permet le vivre ensemble." Alain Jeannel

 

En savoir plus...

Pour l’école du futur. Rien ne pourra plus être comme avant ?

Il serait grand temps de changer de stratégie. Nous vivons actuellement des moments extraordinaires qui devraient logiquement conduire les responsables politiques, syndicaux, associatifs, à changer de stratégie pour envisager l’indispensable refondation de l’école. Pour la première fois depuis l’après-guerre, tout le monde est d’accord pour dire que « rien ne pourra plus être comme avant », qu’ « il y aura forcément un avant ceci ou cela, et un après ».

En savoir plus...

Toi, moi, nous. Que dit-on à nos enfants ?

Par où commencer ? Comment décrire l’inexplicable ?

Vendredi 16 octobre, notre NOUS, nous tous, qui que nous sommes, de France métropolitaine, outre-mer, expatriée, de cœur ou d’adoption, avons été attaqués. Une partie de nous a été assassinée. Un bout de chacun.e de nous, qui que nous soyons, qui que nous ayons envie d’être, est mort en même temps que Samuel Paty, ce vendredi après une journée de cours.

En savoir plus...

David Djaïz : Quel genre de cultivateurs avons-nous été ?

Ce matin, je me suis réveillé dans le chagrin, la pitié et la colère. Le chagrin face à un acte ignoble : la décapitation en pleine rue d’un enseignant de la République qui avait montré en classe les caricatures de Charlie Hebdo, pour tenter d’expliquer la liberté d’expression à ses élèves. La pitié pour sa famille, pour ses enfants, pour ses élèves et leurs parents, pour la communauté éducative de ce collège, sans doute brisée et traumatisée pour longtemps.

En savoir plus...

C'est un professeur qu'on assassine !!

Au secours !! Un professeur a été décapité devant son collège. A travers cet acte odieux, ce sont deux symboles de la République qui sont bafoués : la laïcité et l'école. Jamais, 115 ans après la loi de 1905 relative à la séparation des Eglises et de l'Etat, nous n'aurions pensé en arriver à de telles exactions. Tuer au nom d'une croyance !!

En savoir plus...

L’horreur nous conduira-t-elle à refonder vraiment l’école ?

Lorsque, au lendemain des attentats à Paris, nous avons dit « nous sommes tous Charlie » et « rien ne pourra plus être comme avant », on a tourné la page et rien n’a changé.

Lorsque la crise sanitaire a bousculé toutes nos pratiques avec l’exigence de solidarité, l’enseignement à distance, la lourdeur excessive des programmes, le rôle des parents, etc, nous avons dit « rien ne pourra plus être comme avant » et rien ne change.

En savoir plus...

Jeunesse en détresse

La crise sanitaire et économique laisse une partie de notre jeunesse au bord du chemin. Pourtant,depuis les années 1980, d'innombrables plans se sont succédés à leur intention mais sans logique, sans réelle évaluation. Nous savons par exemple que les emplois aidés dans le secteur non marchand ne débouchent très souvent sur aucune amélioration durable de leur situation. 

En savoir plus...

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.