fil-educavox-color1

Nous pouvons sans doute légitimement nous poser la question face aux choix de certains citoyens, mouvements ou Etats, lesquels tendent à vouloir se replier sur eux-mêmes parce que, tout simplement, l'avenir incertain leur fait peur. Dans ce monde qui se globalise, avec Internet qui en serait le principal symbole, les repères traditionnels sont remis en cause et c'est tout un schéma d'organisation de la société, établi depuis des lustres, qui en prend un sérieux coup dans la figure.

Je serais un menteur si, de mon côté, je disais que je ne me pose pas des questions quant à notre futur. Notre époque connaît une accélération folle que ce soit du point de vue des événements qui s'enchaînent rapidement les uns derrière les autres ou que celui des bouleversements en matière de technologies... et encore n'a-t-on pas tout vu, loin de là !!...

Certains refusent ces changements parce que cela les déstabilise dans leur façon de vivre, de penser et d'agir, car cela remet gravement en cause leurs certitudes et une certaine éducation à la base qui ne les a pas préparés à de tels bouleversements qui entament ce qui fait le socle de leurs existences, je dirais que c'est humain au fond !

Nous vivons une véritable révolution avec cette nouvelle société du numérique et de l'instantané où l'action et la course folle vers l'inconnu l'emportent souvent sur la réflexion, sur la prise de recul si nécessaire pourtant. Les politiciens et ceux qui ont le pouvoir sont aussi, par certains côtés, complètement débordés et sont plus amenés à réagir, à subir qu'à véritablement anticiper, ils n'ont pas le temps de programmer une vision sur l'organisation de la société à long terme. Les citoyens eux-mêmes réagissent à la seconde, principalement sur les réseaux sociaux et tout est prétexte pour faire le " buzz " comme on dit aujourd'hui.

Comme tout va plus vite, l'impatience et l'exigence sont aussi plus fortes et à cela s'ajoute une pression médiatique de tous les instants. Tout le monde est épié, scruté dans les moindres détails, fiché, suivi à la trace (avec le portable notamment !) et chacun peut aussi à son tour surveillé, analysé, critiqué ou condamné l'autre, tellement la technologie permet aujourd'hui de réagir sur tellement de supports mis à disposition de tous : twitter, facebook, etc...

Face aux événements, à l'actualité plutôt chargée et souvent dramatique, le climat devient lourd, malsain et à cela s'ajoutent la peur, la haine et même la violence verbale ou physique !

En réaction, les médias ou le monde politique, loin d'apaiser ce climat, nous imposent des débats, à la longue malsains, qui clivent, stigmatisent ou divisent les citoyens.

Il n'est de constater ces commentaires ou ces discours sur la sécurité, l'immigration, le sort des réfugiés, la répression, avec une surenchère dans les propositions qui font le jeu des extrêmes. Pour se mettre sur le devant de la scène, pour exister, pour « rassembler » (le mot peut faire sourire !), il n'y aurait que ces thèmes qui seraient porteurs pour rapporter surtout le maximum de suffrages, comme si la société ne se résumait qu'à cela ! Et puis, il y a cette parole complètement décomplexée et inquiétante qui s'est libérée et qui fait que l'on entend à présent des propos hallucinants et discriminatoires qui font du mal à l'esprit de la démocratie.

Sur quoi tout cela va-t-il déboucher, bien malin qui pourra le dire ! Mais nous sommes sans doute à un tournant important pour l'avenir de notre société et bien au-delà, de notre monde même. Nous autres, éphémères citoyens de passage, habitant la France et la Terre, elle-même minuscule boule si insignifiante face à l'immensité de l'univers, serons-nous dépasser nos peurs, nos égoïsmes, notre repli identitaire derrière des frontières, si illusoires et ridicules, pour être à la hauteur des enjeux fondamentaux de demain, à savoir la lutte contre le réchauffement climatique, contre la pauvreté ici et plus loin, contre la soif du profit pour le profit, contre le racisme, contre l'exploitation des enfants, etc...

La question est de savoir quel chemin nous allons prendre, soit l'obscurité et le chaos, on l'a déjà connu dans l'Histoire, ou alors la lumière en sauvant l'espérance ! Des trains, qui pouvaient nous amener vers un horizon plus radieux, sont déjà passés souvent devant nous, sans que nous les prenions. Il se peut qu'il y en ait plus beaucoup à venir et, dans ce cas, nous risquons bien de rester sur un quai bien agité et encombré où les voyageurs en seront réduits à se battre, faute de place, pour monter dans les derniers wagons afin de sauver leurs peaux. Faut-il encore en arriver là parce que nous n'aurons pas retenu les leçons de l'Histoire ??!!....

En nous ouvrant aux autres, ceux qui sont ici et ceux qui viennent d'ailleurs, en partageant un peu de notre confort, en faisant preuve d'ouverture d'esprit et de tolérance et en nous engageant individuellement pour sauver le collectif, nous gardons une chance de nous en sortir, surtout que nous avons les moyens technologiques et financiers pour le faire.

En nous repliant sur nous-mêmes, nous bouchons sans doute gravement notre avenir en laissant un terrible héritage sociétal à nos enfants. Le choix que j'évoque ici est sans doute radical, mais m'appuyant sur une réalité inquiétante, je ne vois rien d'autre à proposer.

N'écoutons donc plus certains esprits chagrins, certains prophètes de malheurs qui prêchent la haine, le repli identitaire et qui veulent nous imposer leur tempo, leurs slogans ravageurs. Restons libres et allons tous de l'avant sans perdre de temps, oui le monde peut changer demain à la seule condition que nous le décidions. Je connais des gens qui se battent pour cela tous les jours en réenchantant la vie à côté d'eux. S'ils étaient simplement plus nombreux à se lever sans avoir la moindre crainte, et bien nous n'en serions pas à nous poser toutes ces questions existentielles qui nous pourrissent la vie, sans parler de cette humanité qui recule gravement au lieu d'avancer vers le BEAU !

Guy GILLET

Dernière modification le jeudi, 27 octobre 2016
Gillet Guy

Initiateur de l'asso festive et humanitaire "Je bouge pour les autres"  Site : http://pourlesautres.fr - Ancien Responsable-bénévole (au Téléthon - au Secours Catholique - à Saint Vincent de Paul) - Editorialiste libre à vocation éducative, pour défendre des valeurs fondamentales, afin de susciter le débat et l'engagement de tous - E-mail : g.gillet@libertysurf.fr
 
Mes Editos sont LIBREMENT utilisables par tous pour lancer le débat, la réflexion en direction de la jeune génération et ceci à partir de mon blog que vous pouvez faire connaître autour de vous, MERCI : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.