fil-educavox-color1

Grain de sel (9) - Rien n’échappe à Philippe Watrelot dont le blog est incontestablement un des meilleurs médias, avec le site de Philippe Meirieu, celui du café pédagogique, celui des mouvements pédagogiques (CRAP, ICEM Freinet, AGEEM, GFEN, AFL), celui de PRISME, et, évidemment, le nouveau qui ne cesse de grimper, Educavox, pour comprendre le fonctionnement, les évolutions et les problèmes du système éducatif.
Il a immédiatement réagi à cette surprenante annonce présidentielle :
 
« Notre premier devoir, c’est de stimuler l’esprit d’entreprise dans notre pays. C’est d’abord le rôle de l’école  », a déclaré lundi 29 avril François Hollande. Et le président propose, « de la sixième à la terminale  », un programme sur l’entrepreneuriat. On n’en sait guère plus sur le contenu de ce “programme” d’enseignement aujourd’hui et cela rend difficile les réactions et les analyses à chaud sur ces déclarations. Mais le passé récent et quelques principes nous permettent, au minimum, d’alerter sur les dérives possibles et de montrer en quoi cette annonce est potentiellement dangereuse ».
 
Soulignons d’abord que cette question n’a, à ma connaissance, jamais été abordée lors de la concertation nationale. Elle n’avait pas été non plus prise en compte dans les travaux des groupes d’experts préparant la campagne des présidentielles, que j’ai pu fréquenter ou dont j’ai été informé.
 
Je sais bien que dans la vie politique et politicienne, on cède facilement à l’opportunisme et l’on s’adapte aux circonstances. Mais s’agissant des finalités du système éducatif, puisqu’il s’agit bien de cela, on pourrait pour le moins éviter de faire des annonces qui n’ont pas fait l’objet de la moindre concertation, sauf peut-être en l’occurrence avec les chefs d’entreprise. L’erreur est d’autant plus regrettable que nous sommes, paraît-il, en pleine refondation de l’école, sans en avoir, il est vrai, redéfini les finalités et les programmes. La continuité « républicaine » a même été imposée avec zèle par les hiérarchies intermédiaires, alors même que tous les pédagogues considèrent que les bases des politiques précédentes sont totalement contradictoires avec la volonté de refondation.
 
On prétend refonder sans s’attaquer aux fondements, sans redéfinir des finalités tenant compte des besoins de la société et sans suspendre les politiques nocives en cours… Et on impose une finalité nouvelle, proche des attentes de l’ultra libéralisme avec l’exacerbation de la compétition, de l’individualisme… Les valeurs démocratiques, la fraternité, la solidarité, l’économie solidaire et sociale, la citoyenneté, etc peuvent attendre. L’esprit d’entreprise lui ne peut attendre…
 
Immanquablement, surgit, la notion de « cours », d’heure, de classe, bientôt de prof d’esprit d’entreprise, alors que l’on sait que, comme pour la morale, l’esprit d’entreprise, s’il s’avère qu’il s’agit d’une compétence indispensable, ne se construit pas en cours. Il se construit ou se déconstruit selon que l’école fasse ou non, et très tôt, la place à une évaluation positive, à la confiance en soi, à l’expression/communication des élèves qui ne sont plus des sujets passifs et résignés mais des acteurs de leurs apprentissages, à l’imagination, à la compréhension du monde, à la curiosité, à l’envie d’apprendre.
 
Plaquer une heure de cours sur des pratiques et des organisations usées (une heure/une classe/une discipline/un prof/un programme cloisonné du simple qui n’existe pas au complexe qui est réel) n’apportera rien à la société.
 
Avec ce type d’initiatives malheureuses comme avec le maintien imposé des politiques éducatives précédentes, la refondation est bien mal partie.
Il faut donc toujours débattre et se battre.
 
Pierre Frackowiak
Dernière modification le jeudi, 13 novembre 2014
Frackowiak Pierre

Inspecteur honoraire de l’Education nationale. Vice-président de la Ligue de l’Enseignement 62. Co-auteur avec Philippe Meirieu de "L’éducation peut-elle être encore au cœur d’un projet de société ?". Editions de l’Aube. 2008. Réédition en format de poche, 2009. Auteur de "Pour une école du futur. Du neuf et du courage." Préface de Philippe Meirieu. La Chronique Sociale. 2009. Auteur de "La place de l’élève à l’école". La Chronique Sociale. Lyon. Auteur de tribunes, analyses, sur les sites educavox, meirieu.com. Prochainement, une BD avec les dessins de J.Risso :"L"école, en rire, en pleurer, en rêver". Préface de A. Giordan. Postface de Ph. Meirieu. Chronique Sociale. 2012.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.