fil-educavox-color1

Article initialement publié sur le site de l’Académie de Poitiers
 
 
• L’origine des données
 
Dans le cadre du questionnement sur le bien-être à l’école, le Service Médical du Rectorat de Poitiers et le CARDIE se sont associés pour mener une enquête "lourde" auprès de quelques collèges de l’académie. Les questionnaires (fichiers joints en pdf) et les modalités de passage1 se sont voulus le plus objectif possible.
 
L’exploitation a été menée par les internes en santé publique au Rectorat.
Les parents ont aussi été destinataires d’un questionnaire mais le nombre de réponses obtenues n’autorise pas un traitement statistique qui ne soit pas contestable.
 
• Le point de vue des élèves
 
522 collégiens ont répondu au questionnaire, et 464 réponses se sont avérées exploitables
Les élèves sont répartis en proportion relativement équivalente par sexe (46% de garçons). 62% sont en sixième, les autres sont répartis sur les autres niveaux. 
Si on les interroge sur leur satisfaction, en demandant de situer sur une échelle de 0 à 10, elle est de 5,04 en moyenne, mais la médiane est de 5,0. 
A noter : le premier pic est à 5/10 : 16%, et le second à 15% pour 0/10. 
Concernant l’ambiance en classe, l’entraide et le comportement entre eux, si la majorité des élèves ne discerne pas de changement avec ou sans notes, ceux qui le perçoivent notent une amélioration de tout cela.
Très majoritairement ils aiment venir au collège (86%) et le fait de ne plus avoir de notes n’a pas modifié cela pour 86% d’entre eux. 
Les deux tiers ne sont pas stressés par l’évaluation (63%) et après cette expérience l’évaluation par notes contribue au stress pour 42% d’entre eux, en revanche cela n’a pas d’incidence pour la moitié des élèves (47%).
Pour 63% la note leur manque, et 67% veulent y revenir l’année prochaine. 
Concernant les apprentissages ils situent mieux ce qui leur reste à apprendre (58%) et ils comprennent mieux ce que les enseignants attendent d’eux (67%).
Ils ne dialoguent pas plus facilement avec leurs professeurs (59%).
Pour les relations avec leurs parents, 60% discutent plus facilement de leurs résultats après la remise du bulletin.
 
• Le point de vue des enseignants
 
Pour les enseignants, 53 ont pu répondre. La majorité (62%) a un maximum de 15 ans d’ancienneté. 
Pour eux, la principale finalité de l’école est, par ordre d’importance,
  • de « faciliter la construction de l’élève et lui permettre de s’épanouir personnellement » (28%),
  • de « préparer à la vie en société et la citoyenneté » (26%)
  • de « construire chez les élèves une culture et un esprit critique » (21%).
En ce qui concerne leur rôle, il est de
  • « permettre la construction de compétences » (30%),
  • « transmettre des savoirs » (26%),
  • « permettre à l’élève de se sentir bien à l’école » (25%).
Pour 60% la note est un système d’évaluation fiable, néanmoins cette expérience a modifié leur perception de l’évaluation (58%). 
La note leur manque pour 25%. Quand on leur demande pourquoi, ils regrettent l’aspect très chronophage de ce système de notation, la perte de repère pour situer leurs élèves et se situer eux-mêmes. 
 
Les effets sur le comportement et les apprentissages..
L’intégralité de l’article
 
Dernière modification le lundi, 29 septembre 2014
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.