fil-educavox-color1

L’actualité et les témoignages nous démontrent encore une fois que nos sociétés amplifient la complexité, et que, au regard de l’information ou des innovations, il nous sera de plus en plus difficile de faire comme si rien n’avait changé, il nous sera de plus en plus difficile de penser que l’école est toujours ce sanctuaire protégé (Mais… l’a-t-il été ?). A défaut de pouvoir réellement anticiper ce monde qui vient, comment l’école peut-elle agir ? N'est-elle pas face à tous les dangers ?

La société numérique inclut-elle l’éducation dans ses priorités ? Question que je posais dans l’édito du 1er octobre …suivie encore de questions en conclusion : L’école se doit-elle d’attendre les évolutions et s’adapter ? Ces questions initiales que nous pourrions étendre aux domaines éducatifs sont fondamentales : Quels enjeux ? Quels espaces ? Quelles temporalités ? Quels financements ?

De nombreux secteurs innovent, de nouveaux défis s’imposent, les valeurs éthiques émergent de chaque analyse…L’éducation est prise dans un tumulte informationnel contradictoire et ne se retrouve pas dans une approche socio-technique. Trouve-t-elle sa place dans un monde où l'économie, le politique, l'information - avec la propagande et la désinformation -  et les réseaux - dits sociaux - prennent tout l'espace ?

Que se passe-t-il dans l’écosystème numérique ?

Le temps du politique :

Le politique répond présent dans de nombreuses initiatives.  « Urbanisme et territoires, Santé, Management et ressources humaines, Alimentation, Mobilité, Environnement, sont les secteurs investis ».

Les territoires se mobilisent. En voici un nouvel exemple :

La Tribune Bordeaux a organisé une manifestation pour mettre en avant les talents de demain, valoriser ceux qui s’engagent, promouvoir les initiatives innovantes, donner de l’impact à ceux qui transforment notre société pour le meilleur. C’est l’ambition des prix « Transformons la France ! ».

https://www.educavox.fr/accueil/reportages/transformons-la-france

" Opportunités digitales "... "Numérique citoyen et inclusif "...Qu'en termes choisis, ces choses là sont dites !

Les 7 recommandations du Conseil National du Numérique pour une transition numérique citoyenne et inclusive restent très floues sur les manières concrètes d’y parvenir…

https://www.avise.org/articles/les-politiques-publiques-en-faveur-du-numerique

Tout sera « intelligent » demain …Ville « intelligente » …Croissance « intelligente » :

« La stratégie Europe 2020 sous le volet « croissance intelligente ». Cette stratégie est aujourd’hui appelée Marché unique numérique (Digital Single Market) ; elle vise à ouvrir des opportunités digitales pour les citoyens et les entreprises ainsi qu’à affirmer la position de l’Europe en tant que leader mondial de l’économie numérique. » Là tout semble dit. Mais pas acquis...

" Pour que le numérique entre enfin en politique " :

Arno Pons (délégué général de la Digital New Deal Foundation) dans un article publié le 7 févr. 2019 dans les Echos « Les « gilets jaunes » resteront dans l'Histoire comme le premier mouvement social français majeur issu des réseaux sociaux. Nos gouvernants peinent à comprendre que le numérique est au cœur de toutes les transformations majeures qui traversent notre société. Face à l'accélération du temps politique et à la soif de participation, qui souvent les désarçonnent, il est pourtant le meilleur moyen pour les aider à moderniser les idées et les pratiques.

Tout comme il a tué le hertzien, le numérique sonne la fin des grands systèmes idéologiques de masse laissant place à des mouvements et des courants qui partagent une vision horizontale de la politique et une certaine forme de radicalité dans la notion de progrès.

L'existence de l'Etat en danger : Il est urgent d'agir. Si le numérique n'intéresse pas la politique, la politique intéresse de plus en plus le numérique. La nature ayant horreur du vide, ce sont les entrepreneurs du Web qui développent une vision politique de la société en lieu et place de nos élus.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/pour-que-le-numerique-entre-enfin-en-politique-962687

Le temps des fausses nouvelles

Cette question est au cœur de tout système de communication que ce soit dans le domaine scientifique ou le domaine de l’information. (A noter la fausse nouvelle de la semaine : l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnés)

Hervouet-Kasmi Thomas dans « La publication scientifique à l’heure des fake news » : Dominique WOLTON, Directeur de la Revue internationale Hermès et Directeur de recherche au CNRS, sur le thème Les contradictions de l’information et de la communication scientifiques à l’heure de la globalisation, des fake news et de la diversité culturelle.

Pierre OUZOULIAS a distingué la fausse nouvelle (qui est une nouvelle vraie démentie par la suite) et la fausse nouvelle (qui est une nouvelle fausse fabriquée pour tromper). Selon lui, dans notre société occidentale, l’idéologie de base est la suivante : l’Internet incarne le progrès. Cette posture implique deux conséquences tragiques : l’incommunication et la standardisation. Plus le flux d’information est important, plus le conformisme se renforce. Cela signifie une fin annoncée de la diversité et une production renforcée de mèmes. Je reprends la définition de Wikipédia : les mèmes se définissent comme des éléments culturels reconnaissables, reproduits et transmis par l'imitation du comportement d'un individu par d'autres individus. Malheureusement pour nous, moins nous communiquons entre nous, plus nous produisons de mèmes, plus nous nous éloignons de notre capacité à produire de la vérité et plus le monde devient petit.

Selon Dominique WOLTON, nous sommes des êtres sociaux et non des êtres d’information. En effet, la communication par et entre les êtres humains est lente car elle est basée sur une négociation longue, en lien direct avec la complexité de la gestion de l’altérité. Par opposition, l’information circule très rapidement et nous impose sa vitesse via les différentes interactivités que nous produisons avec les machines. Par conséquent, il y a un décalage entre la production lente de la connaissance et la production très rapide de l’information.

https://www.educavox.fr/alaune/la-publication-scientifique-a-l-heure-des-fake-news

Le temps de l’éthique

L'Intelligence Artificielle, objet de toutes les attentions :

Une prise de conscience internationale : Conscients de ces difficultés, le Canada et la France ont adopté une Déclaration commune en juin 2018, dans laquelle ils affirment vouloir œuvrer pour une intelligence artificielle éthique, responsable, centrée sur l’humain et respectueuse des droits de la personne

Cet article est publié par Céline Castets-Renard sur The Conversation dans le cadre de la Fête de la science (du 5 au 13 octobre 2019 en métropole et du 9 au 17 novembre en outre-mer et à l’international)

L’intelligence artificielle (IA) suscite depuis quelques années un fort engouement. On attend grâce à elle l’avènement d’une médecine personnalisée voire prédictive, et l’on s’extasie de son immense potentiel en matière d’éducation, d’égalité sociale et économique… ou encore de lutte contre les fléaux contemporains, comme la faim dans le monde ou les crises climatiques.

Ces belles promesses ne doivent toutefois pas occulter les difficultés que généreront les changements provoqués par l’IA. Son avènement pose de nouveaux défis, comme l’évolution des emplois, et peut présenter une menace pour la démocratie via ses algorithmes : on connaît désormais la manipulation d’opinion qu’ils peuvent engendrer sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, des systèmes d’IA utilisés aux États-Unis par la justice ou la police en vue de prédire le risque de récidive ou de survenance de crimes, se sont révélés racistes envers les populations noires et latino-américaines.

https://www.educavox.fr/innovation/recherche/kate-crawford-l-ia-est-une-nouvelle-ingenierie-du-pouvoir

Approches éthiques des néotechnologies d’augmentation de l’humain : 

Par Bernard Claverie - ENSC – IMS Bordeaux INP et Hervé Le Guyader - ENSC – Bordeaux INP
Les technologies convergentes, ou néotechnologies NBIC, font l’objet de tous les espoirs, de toutes les craintes et de nombre résistances qui s’étayent sur des positions morales développées et promues par les citoyens confrontés au développement exponentiel de ces technologies. Ces positions peuvent être schématiquement distinguées en quatre grandes tendances, elles-mêmes modifiées par la valeur éthique que les individus accordent aux enjeux d’application des technologies.

Comme Face à de tels défis sociotechnique et aux différences des représentations des décideurs, politiques mais également de praticiens, certains mouvements sont en train de naître dans une espèce de confusion entre notions mal définies telles que « peur des technologies », « résistance au changement », « menaces cataclysmiques »

https://www.educavox.fr/innovation/recherche/approches-ethiques-des-neotechnologies-d-augmentation-de-l-humain

L'école en actions

L'école doit faire face à tous les dangers. L'école résonne des débats de notre société. Contrainte dans des structures et des cultures héritées d'un autre siècle, prisonnière du temps long des apprentissages et des études, bousculée par le temps court des changements technologiques et des défis d'ordre mondial, accusée d'immobilisme par les uns et de disruption par les autres, protectrice et exposée, elle subit et cependant, elle crée, à la fois prudente et audacieuse.

Nombreux sont peut-être ceux qui souhaiteraient créer avec audace ! Là se pose la question de  l'innovation en éducation ! D'ailleurs, pourquoi ne donneriez-vous pas votre avis  en répondant à ce questionnaire - anonyme -

https://www.educavox.fr/accueil/breves/carrefour-de-l-innovation-2019-sur-educatice?

Formations, accompagnements, ateliers et prises de conscience se multiplient. De nombreux projets sont en cours qui essaient de répondre aux grands défis de notre temps. Lors du Salon de l'Education, à Educatice - https://www.educatec-educatice.com/ - il y aura de nombreux exemples. Nous y serons. Nous observerons, nous vous écouterons. Nous témoignerons. 

Nous vous invitons également à participer à une table ronde :

Défis et enjeux d’une éducation numérique éthique et responsable. 

Comme chaque année, afin d'apporter une pierre à la réflexion, l’An@é (Association nationale des Acteurs de l’École) organise un table-ronde dans le cadre du salon Educatec-Educatice. Le 22 novembre à 10h 45 notre table ronde aura pour thème " Une éducation numérique éthique et responsable ".
 
A ce titre, l’An@é a le plaisir de vous inviter à participer à cette table ronde dans la continuité de notre collaboration dans le cadre du Collectif Educnum.

Dans notre monde globalisé, la société est fortement marquée dans son ensemble par les technologies numériques de l’information et de la communication qui acquièrent une influence toujours plus grande dans les domaines économiques et culturels.

Dès lors, comment une politique éducative peut-elle être mise en oeuvre d’un point de vue éthique dans une société connectée pour inclure culture numérique et éducation pour tous ?

Comment notre société numérique peut-elle traiter la question de l’éducation pour former la nouvelle génération dans une perspective citoyenne au-delà des enjeux consuméristes évidents ?

On s'y retrouve ?

Michelle Laurissergues

Dernière modification le mardi, 15 octobre 2019
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne (actuellement CANOPE),  responsable associative au niveau des écoles maternelles de 1973 à 1994, présidente nationale de l’An@é de 1996 à 2017 qui a créé le site Educavox dont je suis responsable éditoriale.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.